Show Less
Restricted access

La France, l’Allemagne, l’Europe

Mélanges en l’honneur de Chantal Metzger

Series:

Edited By Jean El Gammal

Ce recueil rassemble des études d’historiens, géographes et germanistes d’origines diverses. Elles sont réunies en hommage à Chantal Metzger, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Lorraine, spécialiste d’histoire de l’Allemagne et des relations internationales, notamment franco-allemandes, et rédactrice en chef de la revue Guerres mondiales et conflits contemporains. Ce volume aborde des sujets relatifs à l’histoire des guerres mondiales, aux relations entre la France et l’Allemagne depuis 1945 et aux enjeux internationaux, coloniaux et européens depuis le début du XXe siècle. À travers vingt-et-une contributions, il est question de l’emprise et de la portée des conflits, ainsi que des modalités de la construction européenne, des réticences et des relations qu’elle a suscitées. Plusieurs thèmes sont mis en évidence, tels la mémoire, le renseignement, l’industrie, l’aéronautique, la presse et la gastronomie. Des regards croisés sont rendus possibles par des études concernant l’URSS, la Poznanie, l’Italie, le Portugal, voire, en contrepoint, le Japon.

Show Summary Details
Restricted access

Les débuts de la coopération aéronautique franco-allemande. Le « Groupe O » et le réacteur ATAR (1945-1960) (Claude Carlier)

Extract

← 138 | 139 →

Les débuts de la coopération aéronautique franco-allemande

Le « Groupe O » et le réacteur ATAR (1945-1960)

Claude CARLIER

Directeur du Centre d’histoire de l’aéronautique et de l’espace

En 1945, la défaite de l’Allemagne met un terme à sa production aéronautique. Son industrie ne peut plus participer au développement du moteur à réaction, domaine dans lequel elle a été un pays précurseur.

L’industrie aéronautique française subsiste mais elle est réduite à la portion congrue. Éliminée, dès 1940, de la course au progrès technologique, elle bénéficie pour son redémarrage de la volonté des gouvernements d’après-guerre qui mettent tout en œuvre pour sa relance. Tirant les leçons de l’attention insuffisante accordée aux moteurs d’aviation avant la guerre et désireux de doter le pays d’une véritable industrie des moteurs d’avions, le gouvernement crée, en mai 1945, la Société nationale d’étude et de construction de moteurs d’aviation (SNECMA).

Dans ce redémarrage, la France bénéficie d’un apport inattendu, celui d’ingénieurs et techniciens allemands spécialistes des moteurs à réaction.

L’apport allemand

Le 27 août 1939, en Allemagne, pour la première fois au monde, un avion Heinkel He 178 équipé d’un turboréacteur He S3 également conçu par la société Heinkel effectue son premier vol.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.