Show Less
Restricted access

1866, une querelle d'Allemands?

Perceptions croisées et mémoire(s) d’un moment clé de l’histoire européenne

Series:

Edited By Jean-Noël Grandhomme

De juin à août 1866, une guerre fratricide (Deutscher Krieg ou Deutscher Bruderkrieg) oppose l’Empire d’Autriche, suivi par la plus grande partie de la Confédération germanique, au royaume de Prusse, allié à une quinzaine de petits États allemands et au royaume d’Italie. Étape décisive de l’unification de l’Allemagne, parachevée par la guerre contre la France en 1870, le conflit de 1866 est lourd de conséquences pour la suite de l’histoire européenne. On le présente souvent comme le triomphe d’une Allemagne protestante marquée par le militarisme et l’autoritarisme d’une Prusse agressive et expansionniste sur une germanité méridionale catholique, censée davantage cultiver le goût des arts que celui des armes. Cette vision simpliste a cependant fait l’objet de multiples révisions. En même temps, ce conflit forme une partie intégrante du processus d’unification de l’Italie.

Après avoir retracé les faits, sans doute pour la première fois de manière aussi détaillée en français, cet ouvrage s’intéresse à la perception des événements par les puissances européennes, mais aussi par les acteurs et spectateurs locaux, ainsi qu’à ses multiples conséquences proches ou lointaines, abordant finalement la mémoire de cette guerre.

Show Summary Details
Restricted access

4. La Guerre de 1866 dans l’imagerie d’Épinal (Philippe Alexandre)

Extract

4. La Guerre de 1866 dans l’imagerie d’Épinal

Philippe Alexandre

Dans les années 1860 il existait à Épinal deux imageries1, celle de Pellerin & Cie, créée à la fin du XVIIIe siècle, et celle son ancien collaborateur et concurrent depuis 1860, Pinot & Sagaire. Ces deux entreprises, qui jouissaient d’une renommée internationale2, ont consacré à la guerre de 1866 un certain nombre d’estampes de différents types, non mentionnées dans les ouvrages de référence. René Perrout, juriste et écrivain régionaliste, n’évoque, dans son grand classique : Les Images d’Épinal (1912), que les guerres de Crimée et d’Italie, les expéditions de Chine et du Mexique, et naturellement la guerre franco-allemande de 1870-1871. Les auteurs plus récents ne parlent pas davantage de 1866. Cette lacune tient peut-être au fait que l’histoire de l’imagerie est restée franco-centrée, que seuls les faits militaires impliquant directement la France étaient considérés comme importants ou intéressants pour le lecteur. C’était comme si les « querelles d’Allemands », celles de 1866 particulièrement, étaient restées sans incidences sur l’histoire de la France. Autre hypothèse : les enjeux de ces événements étaient d’une complexité telle que l’historien de l’imagerie a préféré passer sur ce chapitre pour ne pas devoir imposer à ses lecteurs une longue digression politique.

Les deux imageries d’Épinal ont pourtant élaboré et édité en 1866 pas moins de seize estampes ayant...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.