Show Less
Restricted access

Mission écologie/Auftrag Ökologie

Tensions entre conservatisme et progressisme dans une perspective franco-allemande/Konservativ-progressive Ambivalenzen in deutsch-französischer Perspektive

Series:

Olivier Hanse, Annette Lensing and Birgit Metzger

Au XXe siècle, l’écologie est devenue, en France comme en Allemagne, un sujet social et politique de premier ordre. Quelle place occupent les divers acteurs, leurs idées et leurs modes d’engagement dans le paysage politique allemand et français ? Quels rapports entretenaient-ils ? Dans quelle mesure les débats sur le positionnement difficile de l’écologie politique sur l’axe traditionnel gauche-droite aboutissent-ils à des prises de position différentes en France et en Allemagne ? Ces questions sont au centre des contributions de cet ouvrage, qui s’inscrit dans une approche transnationale de l’histoire environnementale du XXe siècle et inclut dans sa réflexion, en plus des mouvements et partis politiques, des modes d’expression et d’engagement comme le syndicalisme, la culture du corps, la naturopathie et l’agriculture biologique.

 

Im 20. Jahrhundert wurde die Ökologie in Frankreich wie in Deutschland zu einem zentralen politischen und gesellschaftlichen Thema. Wie lassen sich die unterschiedlichen Akteure, ihre Ideen und Handlungsweisen in den politischen Landschaften in Deutschland und Frankreich verorten? Wie bezogen sie sich aufeinander? Inwiefern rufen die Debatten zur schwierigen Verortung der politischen Ökologie im Rechts-Links-Schema in beiden Ländern unterschiedliche Stellungnahmen hervor? Diese Fragen stehen im Zentrum dieses Bandes, der sich einer transnationalen Umweltgeschichte im 20. Jahrhundert verschreibt und über die politischen Bewegungen und Parteien hinaus vielfältige Ausdrucks- und Handlungsformen wie die Gewerkschaften, die Körperkultur, die Naturheilkunde und die biologische Landwirtschaft miteinbezieht.

 

 

 

Show Summary Details
Restricted access

L’influence des Grünen sur le positionnement politique des Verts dans les années 1980 (Sébastien Repaire)

Extract

L’influence des Grünen sur le positionnement politique des Verts dans les années 1980

Sébastien REPAIRE*

Le refus de prendre position sur l’axe gauche-droite, qui peut sembler paradoxal au regard de l’origine politique de la majeure partie des militants, apparaît comme un invariant du discours écologiste en France depuis les origines du mouvement, au début des années 1970, jusqu’au début des années 1990. Perçues comme pareillement acquis à la logique productiviste et à un système politique insuffisamment démocratique, le socialisme aussi bien que le libéralisme sont presque unanimement rejetés.1 Cette double révocation conduit en particulier les écologistes à ne donner aucune consigne de vote pour le deuxième tour des élections auxquelles ils participent. Ainsi, en dépit de sa sensibilité politique personnelle – il est issu du Parti socialiste unifié –, Brice Lalonde, candidat écologiste à l’élection présidentielle de 1981, n’appelle pas à voter pour François Mitterrand au second tour et renonce donc à faire usage de son capital électoral (3,87 % des suffrages) pour peser sur les engagements du candidat socialiste. Après la fondation des Verts à l’issue du congrès de Clichy des 28 et 29 janvier 1984, le parti écologiste semble perpétuer ce double refus de la gauche et de la droite. Les Verts rassemblent alors des militants évoluant dans un panel varié de sensibilités: antinucléaires, pacifistes, féministes, tiersmondistes… Mais globalement on peut considérer que l’organisation est travers...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.