Show Less
Restricted access

Le discours choral

Essai sur l’œuvre romanesque d'Édouard Glissant

Series:

Christian Uwe

L’œuvre romanesque d’Édouard Glissant, élaborée sur près d’un demi-siècle, se caractérise par une grande cohérence notamment du fait d'un personnel romanesque récurrent qui conduit collectivement la narration. Résolument ancrée dans une vision de la parole partagée, la fiction de Glissant révèle et illustre les enjeux poétique, anthropologique et politique de la narration. La polyphonie particulière qui s’y déploie est qualifiée ici de discours choral ; le dispositif énonciatif mis en place par le roman glissantien contribue en effet à éclairer les problèmes fondamentaux que pose cette œuvre : l’histoire raturée dont les personnages éprouvent somatiquement le manque, la violence d’un discours ou d’un silence imposés, les implications des choix poétiques tels que la caractérisation des narrateurs, la forme (unie ou fragmentaire) du récit ou encore la répétition, sous plusieurs angles, des « mêmes » épisodes narratifs. À travers ces différents aspects, l’œuvre de Glissant apparaît comme une exigeante affirmation de la Vie contre les hégémonies et leurs expressions littéraires.

Show Summary Details
Restricted access

3. Écriture fragmentaire et énonciation chez Glissant

Extract



Mon corps sera un petit ouvrage fragmentaire que le souffle lira en le quittant.

Pascal Quignard, Les Ombres errantes.

L’espoir n’est pas excessif d’avoir montré, avec les pages qui précèdent, quelques-uns des liens profonds qui concourent à l’unité souterraine du roman glissantien. L’étude des instances d’énonciation a permis d’analyser la façon dont l’œuvre de Glissant installe dans sa propre évolution les conditions d’une véritable cohésion énonciative. L’attention portée à la diversité énonciative qui la caractérise a été l’occasion de mettre au jour la dimension chorale qui en résulte. Poursuivant l’analyse de ces problèmes – féconds – d’énonciation chez Glissant, on ne saurait ignorer la forme fragmentaire qui caractérise son écriture. En effet, par une sorte de trompeuse intuition, la forme fragmentaire semble s’opposer à la cohésion énonciative dont nous espérons avoir montré le rôle et la présence chez Glissant. Car, il est plus aisé pour une saisie intuitive d’envisager l’écriture fragmentaire comme un refus de cohésion, étant donné que le propre du fragment est d’exister à part. L’impression est d’autant plus légitime que certains usages de la forme fragmentaire ont pour effet, sinon pour but, de marquer précisément l’absence d’une énonciation intégrée. Que tel puisse être l’effet d’une écriture fragmentaire n’implique pas cependant que ce soit là sa seule valeur possible. La tension résultant de la possibilité de construire une continuité énonciative par...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.