Show Less
Restricted access

De la violence et des femmes / De la violencia y de las mujeres

Espagne, 1808–1918 / España, 1808–1918

Series:

Edited By Marie-Linda Ortega and Sylvie Turc-Zinopoulos

Tout au long du XIXe siècle, l'Espagne valorise l'image de la femme « ange du foyer » qui veille au bien-être des siens et qui a donné lieu à une longue liste de femmes représentées essentiellement comme victimes des violences. À l’opposé de ce stéréotype, cet ouvrage montre que, face à la violence des guerres et aux conflits socio-politiques qui se succèdent de 1808 à 1918, les Espagnoles s’engagent, à travers des activités caritatives ou par leurs écrits, militent, défendent leurs droits, en ayant parfois recours elles-mêmes à la violence, quand elles ne se transforment pas en criminelles. Les douze contributions de ce volume (six en français et six en espagnol) étudient les représentations littéraires, journalistiques et iconographiques qui sont données de ces femmes et les usages qui en sont faits, non sans réserver une place à la réflexion des femmes sur la violence.

A lo largo del siglo XIX, España valora la imagen de la mujer «ángel del hogar», que vela por el bienestar de los suyos y que dio lugar a una retahíla de mujeres principalmente representadas como víctimas de las violencias. En contra de tal estereotipo, este libro muestra que ante la violencia de las guerras y los conflictos sociopolíticos que se suceden de 1808 a 1918, las españolas se comprometen en la caridad activa o por sus escritos, militan, defienden sus derechos recurriendo a veces a la violencia, cuando no se convierten en criminales. Las doce contribuciones de este volumen (seis en español y seis en francés) estudian las representaciones literarias, periódicas e iconográficas de estas mujeres así como los usos que se hacen de ellas, no sin dedicar un espacio a la reflexión de las mujeres sobre la violencia.

Show Summary Details
Restricted access

Convulsionarias, embusteras, histéricas. Las mujeres criminales en Gotas de sangre, de Luis Bonafoux (Isabel Clúa)

Extract

| 125 →

Convulsionarias, embusteras, histéricas

Las mujeres criminales en Gotas de sangre, de Luis Bonafoux

Isabel CLÚA

Universidad de Sevilla

Résumé

La fascination pour le crime et ce qui relève de la matière criminelle est une constante dans la production culturelle de la seconde moitié du XIXe en tant qu’activité transgressive par excellence. Ainsi, expliquer et classifier la criminalité devient une des lignes de force des recherches positivistes, donnant lieu à d’intéressants débats dans lesquels la transgression de la loi s’interprète comme corrélat d’autres déviations (sexuelles, morales, mentales, etc.).

Ce cadre référentiel nourrit le livre des chroniques Gotas de sandre (1910 ?) de Luis Bonafoux où l’auteur évoque brièvement divers crimes bien connus de l’opinion publique d’alors. L’ouvrage constitue une sorte de galerie d’affaires criminelles qui fait ressortir l’obsession au sujet des femmes impliquées dans ces cas.

Nous nous proposons d’explorer la manière dont est abordée la figure conflictuelle de la femme criminelle dans ce livre, en nous attardant sur le dialogue qu’établit le texte avec la criminologie positiviste qui attribue à la criminalité féminine des caractéristiques bien particulières liées à la différence sexuelle.

Resumen

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.