Show Less
Restricted access

La « zone grise » du travail

Dynamiques d’emploi et négociation au Sud et au Nord

Christian Azaïs and Liana Carleial

Le présent ouvrage porte sur la dynamique des zones grises du travail. Cette notion illustre le changement de paradigme qui s’exprime dans le renouvellement de la place de l’État à un moment où l’on assiste dans de nombreux pays à sa privation de domaines relevant jusqu’alors de sa compétence.

La notion de zone grise explicite l’incertitude et l’indétermination, propres aux situations de travail et d’emploi aujourd'hui. Elle met en exergue l’écart devenu structurel et structurant de la relation d’emploi entre les idéaux types des catégories instituées et la réalité des pratiques socio-professionnelles, variées et ne rentrant dans aucun cadre binaire. Au cours de sa trajectoire professionnelle, l’individu est confronté à des combinaisons variées de situations d’emploi et de travail, de contrats de travail aussi et à des choix multiples, que la typologie sur les figures émergentes illustre.

Plus particulièrement, cette publication interroge les dispositifs dont se saisissent les acteurs, la façon dont le droit du travail et les formes d’organisation du travail sont génératrices d’inégalités. Sont aussi abordées les conséquences des nouvelles formes de travail sur l’organisation des travailleurs, les possibilités de négociation qui en ressortent et la question des chemins empruntés pour garantir la pérennité des droits acquis. Ces thèmes fournissent un panorama diversifié des transformations des relations d’emploi et des relations professionnelles dans des univers différenciés.

La démarche adoptée conduit à interroger le rapport entre le public et le privé et, implicitement, le lien entre le collectif et l’individu, à une époque où l’individualisation des relations d’emploi et de travail tend à s’étendre.

Show Summary Details
Restricted access

Droit du travail et institution de (nouvelles) inégalités dans le Brésil contemporain (Sayonara Grillo Coutinho Leonardo da Silva)

Extract

Droit du travail et institution de (nouvelles) inégalités dans le Brésil contemporain

Sayonara Grillo Coutinho Leonardo da Silva1

Professeure de Droit de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ)

Introduction

Les reconfigurations du travail de ces quarante dernières années ont redessiné le monde du travail contemporain et transformé les caractéristiques du salariat qui accompagnent les processus de mondialisation, de mutation du capitalisme et de restructuration de l’après-fordisme. La relation standard d’emploi subordonné, protégé et intégré de manière continue aux entreprises cohabite avec une multiplicité d’autres types de mises au travail issus d’une myriade de transformations productives (Silva, 2008b). Elles sont stimulées par le renforcement des pouvoirs privés promus dans le contexte de la mondialisation et de la croissance du néolibéralisme, avec l’augmentation des formes de travail précaires, typiques et atypiques. En toile de fond, la flexibilisation, entendue comme un vaste processus relié aux transformations économiques du capitalisme, atteint des marchés et des processus de travail, des produits et des normes de consommation où prévalent le flux financier et le capital volatile, dont la fluidité s’étend à un ensemble de relations sociales. Elle est aussi stratégie de modification des conditions de travail avec l’introduction de techniques de flexibilité internes et externes appliquées aux relations de travail.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.