Show Less
Restricted access

Sagesse et résistance dans les littératures francophones

Series:

Edited By Marc Quaghebeur

Après avoir abordé les modalités des relations entre Violence et Vérité dans les littératures francophones, ce volume s’attache à des formes littéraires de Résistance. Celles-ci entendent souvent dépasser les réponses purement violentes et manifester ainsi leur refus de l’assujettissement, par des Sagesses – répliques souvent plus subtiles à la barbarie et à la domination. Elles circonviennent beaucoup mieux l’adversaire, comme le « sujet supposé savoir » dont parlent les psychanalystes. Ce parcours se fait au travers de textes francophones venus de latitudes très diverses : du Vietnam au Liban, du Maghreb à l’Afrique centrale, de la Suisse et de la Belgique aux Amériques. Ce faisant, c’est à un florilège d’esthétiques diverses que se voit convié le lecteur. Ce livre touche en effet aussi bien au symbolisme qu’à la postmodernité, en passant par les grandes voix du Maghreb ou des Antilles dans le contexte du dernier demi-siècle. Le propos ne s’organise pas pour autant en fonction des aires géographiques. Il montre que les soi-disant opacités francophones, leurs poét(h)iques, leurs hybridations ou leurs chemins de traverse constituent toujours des réponses à des situations historiques. Elles sont, qui plus est, très révélatrices de la dynamique du système franco-francophone. Trente-cinq études, pour ce faire, et qui font saisir de près le fait que ces œuvres sont loin d’être périphériques.

Show Summary Details
Restricted access

Résister à la violence par la sagesse. Détours et retours des questions sur l’(être) homme dans Le Régiment noir d’Henry Bauchau (Jean de Dieu Itsieki Putu Basey)

Extract

← 474 | 475 →

Résister à la violence par la sagesse

Détours et retours des questions sur l’(être) homme dans Le Régiment noir d’Henry Bauchau

Jean de Dieu ITSIEKI PUTU BASEY

Université Laval (Québec – Canada) Institut supérieur pédagogique de la Gombe (Kinshasa – République démocratique du Congo)

La sagesse du détour par l’Histoire

Conte ou, disons pour ne point négliger sa quintessence épique, légende de l’enfant qui rêvait d’être officier, Le Régiment noir1 présente une trame explicite, du moins en surface. Pierre, fils de Monsieur Eugène (ingénieur industriel) et petit-fils de Pierre (maître de forge), rompt avec sa famille bourgeoise dont la généalogie est contée dans le roman précédent, La Déchirure2, et embarque avec son cheval Carabine pour New York. Dans ce Nouveau Monde décrit comme « le pays des fils », et pour exaucer le rêve qui ouvre la narration, « libérer l’esclave Johnson », il s’engage dans l’armée fédérale contre la rébellion sudiste. Sur le champ de bataille, il rencontre Johnson, esclave noir fugitif qui devient son bras droit, et avec qui il constitue et commande le « régiment noir », avec qui il rencontre les figures indiennes de Ti-Kou et Shenandoah et celles, d’origines africaines, de Granpé et Mérence. Ces figures l’aident à advenir à soi en se libérant « des pulsions de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.