Show Less
Restricted access

Un dénuement fastueux

Les œuvres d’art dans les chartreuses médiévales

Series:

Cristina Dagalita

En 1385, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi fonde la chartreuse de Champmol, près de Dijon. Les œuvres somptueuses réalisées pour ce monastère reflètent-elles la spiritualité des chartreux ? Cet ouvrage propose un regard transversal sur l’art produit pour les moines chartreux au cours du Moyen Âge. Il analyse la manière dont ceux-ci envisageaient la création artistique, d’après le témoignage de leurs textes normatifs ou mystiques. Peut-on dire qu’il y a eu un « art chartreux » ? La présent livre explore les mécanismes de la commande artistique en se plaçant du point de vue d’un ordre placé sous le sceau de l’austérité, mais destinataire de nombreuses œuvres d’art.

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion de la troisième partie

Extract



Entre les donations de divers bienfaiteurs, qu’ils soient princes, papes, religieux ou artistes, et les œuvres d’art commandées par les chartreux, les différences sont somme toute minimes pour ce qui est de leur programme iconographique ou des maîtres qui en furent responsables. Le septième chapitre a mis en évidence une profusion de thèmes de méditation qui, dans plusieurs chartreuses, qu’elles se trouvent à Fribourg, à Bruges, à Miraflores ou à Pavie, se recoupent. La grande liberté qui prévaut dans leur choix et dans leur conception, basée sur une rythmicité et une association des idées, n’est pas étrangère à celle établie, par exemple, dans le chœur des convers de la maison de Cologne, entre les deux retables du Maître du Retable de saint Barthélemy, financées par Peter Rinck, mais dont il paraît certain qu’ils résultèrent d’une discussion entre le peintre et les moines. Dans la Crucifixion offerte au monastère de Scheut, Rogier van der Weyden prit en compte la spiritualité des chartreux. Saint Jean incarne une attitude à laquelle ils pouvaient s’identifier, qui se retrouve dans les retables commandés par les frères de Roermond. Il est possible de dresser d’autres tels ponts, d’idées ou des motifs, comme entre le Couronnement de la Vierge d’Enguerrand Quarton et le retable du Liget, entre le diptyque de Willem van Bibaut et le recueil de dévotion anglais, qui attestent d’une communion d’esprit entre les chartreux, se refl...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.