Show Less
Restricted access

Présences et interférences franco-ibériques

Langue, littérature et culture

Maria Teresa Garcia Castanyer, Lluna Llecha-Llop Garcia and Alicia Piquer Desvaux

Les présences réciproques, mais aussi les interférences, entre la culture française et les cultures ibériques, notamment espagnole et portugaise, s’avèrent abondantes et constantes dans le temps, avec une insistance toute particulière à l’époque moderne. Les nombreuses études contenues dans ce volume soulignent les aspects différents des phénomènes signalés et contribuent à une plus profonde connaissance des mécanismes et résultats de ces présences et de ces interférences.

Les études sont regroupées en trois parties dont la première concerne la présence de la langue française et son enseignement ; la deuxième insiste sur les textes littéraires, avec de nouveaux regards et de nouvelles perspectives d’analyse ; et la troisième – la plus volumineuse – reprend d’une manière plus spécifique les réseaux d’interférences qui se sont établis entre les littératures francophones et les cultures ibériques.

Show Summary Details
Restricted access

«En localisant l’on restreint»: Mallarmé et la Jeune Littérature portugaise au tournant des XIXe et XXe siècles

Extract

Maria de Jesus CABRALFCT/CLP-Universidade de Coimbra

«En localisant, l’on restreint»: Mallarmé et la Jeune Littérature Portugaise au tournant des XIXe et XXe siècles

C’est Edouard, personnage romancier des Faux Monnayeurs (1925) d’André Gide qui, dans ses réflexions sur le réalisme en art – écho des réflexions de Gide lui-même dans son Journal des Faux Monnayeurs et d’une manière générale du procès du réalisme du premier quart du XXe siècle –, énonce de façon éclairée le compromis qui doit exister entre général et particulier, entre universel et individuel. Pour qu’art il y ait (nous soulignons):

Parfois, il me paraît que je n’admire en littérature rien tant que, par exemple, dans Racine, la discussion entre Mithridate et ses fils; où l’on sait parfaitement bien que jamais un père et des fils n’ont pu parler de la sorte, et où néanmoins (et je devrais dire: d’autant plus) tous les pères et tous les fils peuvent se reconnaître. En localisant et en spécifiant, l’on restreint. Il n’y a de vérité psychologique que particulière, il est vrai; mais il n’y a d’art que général. Tout le problème est là, précisément; exprimer le général par le particulier; faire exprimer par le particulier le général. (Gide 2001: 183-184)

La formule se marie très bien au principe...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.