Show Less
Restricted access

Conflit et coopération France – Allemagne XIXe–XXe siècle

Mélanges en l’honneur d’Anne-Marie Saint-Gille

Series:

Edited By Jean-Michel Pouget

Cet ouvrage regroupe quatorze contributions d’universitaires germanistes qui ont souhaité rendre hommage à leur collègue Anne-Marie Saint-Gille dont les travaux de recherche et l’enseignement ont principalement porté sur la construction de la paix en Europe. Les contributeurs interrogent les relations franco-allemandes qui ont toujours constitué l’un des enjeux majeurs de la paix sur le continent européen. Couvrant le XIXe et le XXe siècle, les articles réunis permettent de dégager l’une des constantes les plus remarquables des relations France-Allemagne : l’attirance mutuelle des deux voisins tiraillés depuis plus de deux siècles entre une volonté de coopération et la tentation du conflit.

Show Summary Details
Restricted access

Le couple franco-allemand et la Figure du bon Européen chez Nietzsche (Gilbert Merlio)

Extract

← 82 | 83 →

GILBERT MERLIO

Le couple franco-allemand et la Figure du bon Européen chez Nietzsche1

Lors de la guerre franco-allemande de 1870/1871, Nietzsche était encore un bon patriote allemand. Bien que déjà nommé professeur à Bâle, il se porte volontaire pour servir comme infirmier dans les armées allemandes. Il a été impressionné par les succès prussiens et par la politique bismarckienne. Mais sa préoccupation première est, comme le dit la préface à la Naissance de la tragédie qu’il dédie à Wagner fin 1871, la crise de civilisation qui, selon lui, frappe l’Allemagne de plein fouet. Le « médecin de la civilisation » qu’il entend être compte alors sur l’opéra wagnérien pour la résoudre. A l’image de la tragédie attique, ce chef d’œuvre total sera le flambeau d’une révolution culturelle qui débarrassera l’Allemagne, et à sa suite l’Europe entière, des effets délétères du positivisme et du matérialisme modernes. La victoire allemande et la fondation du Reich ne le rassurent pas, bien au contraire. Bismarck, qui vient de concéder le suffrage universel aux libéraux, ne risque-t-il pas d’être le fourrier des idées modernes, libérales et progressistes, en Allemagne ? D’où cette admonestation fameuse que Nietzsche adresse à ses compatriotes au début de la première de ses Considérations intempestives (c’est-à-dire contraire à l’esprit du temps) sur David Strauss (1873) : qu’ils prennent garde à ce que...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.