Show Less
Restricted access

Max Reinhardt

L’art et la technique à la conquête de l’espace – Kunst und Technik zur Eroberung des Raumes

Series:

Marielle Silhouette

avec la collaboration/in Zusammenarbeit mit Jean-Louis Besson, Ségolène Le Men, Peter W. Marx et/und Clara Royer

Pionnier des temps présents et à venir, Max Reinhardt (1873–1943) fait du théâtre le vecteur même de la modernité et de ses bouleversements de frontières. Il procède ainsi à des décloisonnements multiples et à une recherche constante de nouveaux espaces. À la mesure de cette proposition, par nature expérimentale, polymorphe et cosmopolite, le présent volume s’emploie à multiplier les circulations entre les disciplines et les territoires de la recherche. Par la rencontre des conservateurs d’archives et des chercheurs, par le dialogue des spécialistes avec les représentants des aires traversées, il devient possible de composer un atlas artistique et culturel de cette époque et de prendre la mesure de la postérité de Max Reinhardt jusqu’à nos jours.

Als Pionier seiner Zeit und der Zukunft sieht Max Reinhardt (1873–1943) im Theater einen Träger der Moderne und ihrer vielfältigen Umwälzungen. Auf der Suche nach neuen Schaffensräumen unterzieht er die Bühne einem radikalen Entgrenzungsprozess. Gemäß dieser von Grund auf experimentellen, polymorphen und kosmopolitischen Geste basiert diese Publikation auf Zirkulationen zwischen den wissenschaftlichen Disziplinen und Territorien. Durch die Kollaboration der Archivare und der Forscher, durch den Dialog zwischen den Max Reinhardt-Spezialisten und den Vertretern der zahlreichen Wirkungsgebiete entsteht ein künstlerischer und kultureller Atlas von dieser Epoche und von Max Reinhardts Erbe bis heute.

Show Summary Details
Restricted access

„Zwischen Traum und Wirklichkeit“. Max Reinhardts Erbe in Deutschland nach 1945 / « Entre rêve et réalité ». L’héritage de Max Reinhardt en Allemagne après 1945 (Francine Maier-Schaeffer)

Extract

FRANCINE MAIER˗SCHAEFFER (Université Rennes 2)

« Entre rêve et réalité ». L’héritage de Max Reinhardt en Allemagne après 1945

Indissociablement liée au Deutsches Theater (DT), la réception de Max Reinhardt en Allemagne fut plus que toute autre tributaire de l’histoire, laquelle plaçait, en 1945, ce lieu mythique dans la zone d’occupation soviétique et future RDA avant de le rendre, en 1990, à l’Allemagne réunifiée. Plus que toute autre, elle fut tributaire de l’idéologie qui, dans un État marxiste subordonnant la culture au Parti, impose une conception fonctionnelle du théâtre. Homme de la pratique, le comédien, metteur en scène, directeur d’acteurs laissa en héritage non pas un système ordonné dans des écrits théoriques, mais des archives vivantes, la grande famille des comédiens qui avaient travaillé avec lui et dont la voix et le corps étaient la marque de fabrique de son école, l’institution qu’il fonda immédiatement après l’acquisition du théâtre en 1905, mais aussi la pratique quotidienne des répétitions.

Nous concentrerons notre étude sur la manière dont cet héritage fut administré par ceux qui, durant près d’un demi-siècle, agirent en seuls héritiers légitimes. Un lancement spectaculaire du devoir de mémoire en 1946 s’avéra un faux départ – les discours ne résistèrent pas à l’épreuve de la réalité. En 1953, les anniversaires de Reinhardt,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.