Show Less

« En Espagne » d'Henri de Régnier

Édition établie, présentée et annotée par Carlota Vicens-Pujol

Carlota Vicens-Pujol

Au printemps 1930 Henri de Régnier visita l’Espagne pour la première fois, plus particulièrement Madrid, Tolède, Avila, L’Escurial, Burgos. Cette même année, entre la mi-octobre et la mi-novembre, un deuxième voyage allait suivre : l’écrivain parcourut cette fois-ci la Catalogne et Majorque. Un troisième tour dans la péninsule, à l’automne 1932, mettait fin au périple espagnol de l’auteur : de Barcelone il descendit jusqu’en Andalousie pour s’arrêter à nouveau à Madrid avant de rejoindre Paris.

Sous le titre général En Espagne les récits de ces voyages furent publiés par la Revue des Deux Mondes (quatre livraisons entre novembre 1933 et octobre 1935). Nous présentons aujourd’hui au public un voyage qui n’a jamais été publié en livre et dont le dernier chapitre, « Tarragone – Saragosse – Valence », conservé parmi les papiers de Mme Tremblot-Bougeneaux, qui aurait accompagné l’écrivain au cours de ces voyages, est inédit.

Ces pages découvrent aux lecteurs un voyageur raffiné qui savait jouir de chaque moment du voyage, un grand amateur d’antiquités et d’art particulièrement épris du Gréco, un écrivain toujours en quête du mot juste, d’un lyrisme simple et sans artifice.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Préface, par Patrick Besnier

Extract

9 Préface À sa mort en 1936, Henri de Régnier ne laissait aucune œuvre à publier, sinon Le Paradis retrouvé, ce petit volume de huit nouvelles confié peu de temps auparavant à Maurice d’Hartoy qui le publia l’année suivante. Depuis, aucun texte nouveau n’a été publié (à l’exception des Cahiers et des volumes de correspondance). D’où l’intérêt du récit de voyage que Carlota Vicens Pujol a la bonne idée de nous proposer aujourd’hui. Il ne s’agit pas d’un inédit absolu, puisque la plus grande partie en a été publiée par les soins de l’auteur lui-même dans la Revue des Deux Mondes, mais la présente édition lui donne le plein statut de livre, avec une visibilité qui lui faisait défaut. Ce n’est cependant pas un texte abouti, et l’on peut par exemple suppo- ser que Régnier aurait cherché un titre moins neutre que ce En Espagne. Le volume qu’en aurait tiré Régnier aurait à coup sûr été différent. Mais plus qu’un titre original, ce qui manque au texte qu’on va lire, c’est essentielle- ment le passage des années qui a permis à l’écrivain de faire mûrir ses pré- cédents livres de voyage pendant près de trente ans aussi bien dans le cas de L’Altana que pour les Escales en Méditerranée auxquels il a donné une forme personnelle. L’amitié de Mme Bulteau, celle de Martine de Béhague avait donné au couple Régnier...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.