Show Less

Le changement en français

Etudes de linguistique diachronique

Series:

Edited By Céline Guillot, Bernard Combettes, Alexei Lavrentiev and Evelyne Oppermann-Marsaux

Les textes réunis dans ce recueil traitent des grands changements qu’a connus le français depuis ses origines, en abordant les différents niveaux de l’analyse linguistique dans une perspective diachronique.
Parmi l’ensemble des phénomènes étudiés, quelques thématiques ont été plus amplement développées : le verbe, dans ses relations à la phrase et ses compléments mais aussi dans sa sémantique aspectuelle et temporelle, l’oral représenté et ses marqueurs spécifiques en diachronie, le très ancien franancien français et le français classique.
Ces recherches présentées lors de la cinquième édition du colloque international DIACHRO (Lyon, octobre 2010) témoignent de l’émergence de problématiques nouvelles dans le champ de la diachronie du français et reflètent la vitalité d’un domaine de recherche aussi actif en France qu’à l’étranger.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Hypothèses sur le e svarabhaktique, la métathèse et l’instabilité du /r/ en ancien français (Oreste Floquet)

Extract

Hypothèses sur le e svarabhaktique, la métathèse et l’instabilité du /r/ en ancien français Oreste FLOQUET, SAPIENZA, Università di Roma (DSEAI, Dipartimento di studi Europei, Americani e Interculturali) 1. Introduction On considère généralement qu’en ancien français l’insertion vocalique (le type prendrai ~ prenderai) et la métathèse (le type mustrerai ~ muster(r)ai) sont deux phénomènes optionnels tout à fait distincts. Le but de cet article est de présenter quelques considérations essayant de les reconduire à une cause commune d’ordre phonétique, à savoir l’affaiblissement du /r/. C’est parce qu’ils ont fait l’objet d’analyses essentiellement morpholo- giques que ces deux processus ont pu être interprétés séparément. Si l’on voit les choses sous un angle purement verbal, il est vrai que l’on ne peut pas confondre l’insertion vocalique, qui touche aux conjugaisons autres qu’en –er/–ier, avec la métathèse, qui ne concerne, en revanche, que les futurs des verbes en –er/–ier et les infinitifs1. À cet argument Andrieux et Baumgartner (1983: 40-41) en ajoutent un autre qui relève de l’analyse mor- phophonologique: le type prendrai ~ prenderai présente un élargissement de la base alors que le type mustrerai ~ muster(r)ai est du ressort des transforma- tions de la consonne finale de base: Malgré l’identité des résultats, on est en droit de distinguer l’apparition de e «svarabhaktique» des réalisations vocaliques de r; cela en raison des différences des phénomènes phon...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.