Show Less
Restricted access

L’interrogative en français

Series:

Edited By Marie-José Béguelin, Aidan Coveney and Alexander Guryev

Du fait de leur intrigante variété formelle, les interrogatives totales et partielles du français ont fait l’objet, au cours des années écoulées, d’une foule de recherches en syntaxe et en sociolinguistique, alors que d’autres courants tels que la rhétorique ou la pragmatique rivalisaient d’ingéniosité pour rendre compte de leur variabilité sémantique. Afin d’enrichir le débat, le présent ouvrage propose une réflexion à large spectre sur les tours interrogatifs du français, leur marquage syntaxique et intonatif, les paramètres linguistiques ou sociaux susceptibles de déclencher, dans un contexte donné, le choix d’une variante interrogative plutôt qu’une autre ; l’ouvrage traite en outre des propriétés sémantiques et inférentielles des interrogatives, ainsi que des fonctions discursives et narratologiques qui leur sont dévolues.

Les auteurs appuient leurs analyses sur des exemples attestés, parfois tirés de corpus spécifiques (dialogues de films de banlieue, textos, Fables de La Fontaine, bandes dessinées...). Ils manifestent un éclectisme théorique qui nous semble nécessaire pour appréhender de manière non réductrice cet objet complexe, aux multiples facettes.

Show Summary Details
Restricted access

1. Syntaxe de l’interrogation en français et clivage écrit-oral : une description impossible ? (Ruggero Druetta)

Extract

| 19 →

1. Syntaxe de l’interrogation en français et clivage écrit-oral : une description impossible ?

RUGGERO DRUETTA

Université de Turin

La tâche qui consiste à décrire le système interrogatif en opposant les variétés écrite et orale de la langue bute contre de nombreuses difficultés. En effet, les formes entretenant un rapport plus ou moins étroit avec la modalité interrogative sont très nombreuses, à tel point qu’il est légitime de se poser la question de savoir si la valeur interrogative est effectivement centrale pour ces procédés, comme le fait A. Berrendonner au chapitre 3 de ce volume. À titre purement illustratif, rappelons que l’inventaire établi par F. Gadet (1989) pour les variantes de l’interrogative partielle en quand fait état de 18 formes différentes. Or, même si nous faisons l’option d’admettre positivement l’existence de procédés spécifiquement interrogatifs – encore que dans les langues naturelles la correspondance entre formes et fonctions soit rarement biunivoque – toujours est-il que la systématisation ordonnée des différents procédés interrogatifs n’est pas une tâche aisée, et nous partageons sans hésitation le constat des auteurs de la Grammaire Larousse du français contemporain, qui écrivaient, il y a cinquante ans déjà, que « ces soucis très subtils de répartition, d’accent, de mélodie […] rendent l’exposé des tours interrogatifs plus semblable à un buisson touffu qu’à l’arbre dépouillé dont rêvent les syntacticiens...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.