Show Less

Une autre avant-garde

La métaphysique, le retour à la tradition et la recherche religieuse dans l’œuvre de René Daumal et de Daniil Harms

Series:

Tetyana Ogarkova

Nés et morts pratiquement en même temps, René Daumal (1908-1944) et Daniil Harms (1905-1942) ont vécu simultanément les mêmes moments-clés dans leurs cheminements artistiques et philosophiques. Cet ouvrage évalue des œuvres de ces deux écrivains si éloignés géographiquement, cadets de deux grands mouvements modernistes du XX e siècle (le surréalisme français et le futurisme russe) et démontre l’évolution organique de l’avant-garde européenne dans les années 1920-1930. En s’appuyant sur une lecture critique de l’image courante d’une avant-garde libératrice, révolutionnaire et athée dans son culte du progrès, l’auteur met en lumière l’existence de cette autre avant-garde, métaphysique et même religieuse, anti-révolutionnaire dans sa résistance au progrès, et finalement, dans un sens plus large, « antimoderne ».
La poésie métaphysique, la vision du monde contemporain comme un « contre-monde », le sens de l’absurde et les projets sotériologiques, c’est là l’ensemble des questions abordées dans cet ouvrage. Il met en évidence cette face cachée de l’avant-garde telle que l’expriment ces deux écrivains dans leurs œuvres respectives, qui continuent aujourd’hui à susciter l’intérêt de leur lointaine postérité au-delà de tous les pessimismes et optimismes du XX e siècle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre I. Une désillusion dans le pouvoir de la parole 219

Extract

219 Chapitre I Une désillusion dans le pouvoir de la parole A. René Daumal: La Grande Beuverie comme déclaration contre les «stériles espérantos» «Une histoire de dix ans peut tenir en dix minutes de parole. Dix minutes de parole peuvent tenir en un in- stant de pensée. Une tragédie de Racine tient en vingt- quatre heures, qui tiennent en une heure de lecture, qui se résume parfois dans un temps d’un sanglot». René Daumal, La Grande Beuverie Depuis la fin des années vingt, Daumal développe progressivement la pensée de son essai «L’intuition métaphysique dans l’histoire»13, où il opposait déjà la connaissance immédiate au système philosophique ou religieux qui enterre cette intuition sous le poids des dogmes endor- mis. Le thème de la trahison, présent dans cet essai, ce thème de l’his- toire comme trahison14, est révélateur car il confirme l’idée hindoue 13 DAUMAL R., Tu t’es toujours trompé, Paris, Mercure de France, 1970, pp. 71- 167. 14 «Quiconque, en ce siècle, vaut à mes yeux, est un homme qui peine à remonter ces trois courants, soit consciemment tous les trois, soit obscurément l’un ou deux des trois. Mais les trois sont en essence inséparables; ils représentent trois mo- ments de la pensée. C’est pourquoi un tel homme, mon ami, est nécessairement l’ennemi des trois grandes Trahisons: ennemi de la Trahison philosophique et de la science...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.