Show Less
Restricted access

Traversée

Essai sur la communication

Series:

Milton N. Campos

Le statut scientifique de la communication reste vague et de nombreuses disciplines lui consacrent leurs théories et méthodologies. Afin d’approcher ce problème contemporain, ce livre présente la théorie communicationnelle de l’ écologie du sens et une proposition méthodologique ancrée, à la fois, dans la recherche-action et la sémiotique constructiviste-critique. Au fil du texte, l’auteur navigue au cœur de la recherche contemporaine entre les écueils de la radicalisation épistémologique, tissant les contributions de Jean Piaget, Jean-Blaise Grize et Jürgen Habermas avec les siennes en quête d’un consensus épistémologique éthique et équilibré. L’essai met en valeur la transdisciplinarité de la communication, essayant de démontrer sa pertinence dans la construction critique des connaissances dans toutes les disciplines scientifiques, des mathématiques aux sciences sociales.
Show Summary Details
Restricted access

Écologie du sens : une théorie développementale de la communication

Extract



Introduction

La mise en commun, raison d’être même de la communication, ne permet ni une objectivité ni une subjectivité absolues, et c’est là une grande difficulté. L’intention d’« étudier » un objet suppose déjà une distanciation, malheureusement vouée à l’échec dans la plupart des cas. Il faut donc parler d’une « possible » étude. Une telle prise de position dépend néanmoins de nombreuses conditions. Dans un premier temps, le chercheur, celui qui « étudie », doit considérer les rapports entre la forme et le contenu de la communication d’actions inconscientes ou de discours langagiers intentionnels, donc conscients, afin d’en dégager des explications sur les processus. Aux fins de cette étude, il doit ensuite prendre conscience de l’inévitable schizophrénie qui résultera du conflit à la fois cognitif, affectif et moral entre la communication qu’il tente d’« étudier », l’échange qui s’établit de façon concrète entre l’objet communicationnel ou l’objet-sujet (le sujet en tant qu’objet) et lui, et la diffusion des résultats, c’est-à-dire la transmission des connaissances acquises relativement au « phénomène communicationnel » étudié. Si ceux qui « étudient » la communication d’une façon qu’on dirait métacognitive – les communicologues produisant des études sur les actions inconscientes ou les discours langagiers conscients, à l’origine de « communications scientifiques » – peuvent avoir conscience de cet emboîtement de niveaux, ils feraient preuve de témérité en réduisant cet « objet » à ses aspects cognitifs : ils risqueraient de rater l’essence même de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.