Show Less
Restricted access

Nouvelles perspectives sur l’anaphore

Points de vue linguistique, psycholinguistique et acquisitionnel

Series:

Edited By Marion Fossard and Marie-José Béguelin

Longtemps limitée à une simple perspective textualiste, l’anaphore a, ces vingt dernières années, été l’enjeu de nombreux travaux influencés par les forts courants de la linguistique du discours ainsi que par les approches cognitives, pragmatiques et, plus récemment encore, interactionnelles de la référence. Phénomène discursif éminemment complexe, l’anaphore met en jeu des mécanismes informationnels, mémoriels et inférentiels variés, que de nombreux modèles, linguistiques et psycholinguistiques, ont cherché à capter.
Le propos du présent ouvrage est double : proposer un bilan épistémologique mettant au jour, parmi les modèles et approches proposés, ceux qui ont résisté au temps (et aux modes) ; pointer les aspects du phénomène anaphorique qui nécessiteraient des investigations complémentaires. En abordant l’anaphore de manière interdisciplinaire, ce livre vise aussi à décloisonner des domaines de recherche qui trop souvent s’ignorent : il rétablit le dialogue entre approches linguistiques, psycholinguistiques et acquisitionnelles, tout en faisant place aux perspectives orientées vers la logopédie et le TAL (Traitement Automatique du Langage).
Show Summary Details
Restricted access

Résumés des chapitres, en français

Extract

Chapitre 1 : Indexicaux et contexte : préalables contextuels, traitement en cours et suites de l'acte référentiel discursif, par Francis Cornish

Ce chapitre examine les contraintes qu’impose le contexte sur le fonctionnement et l’interprétation de l’emploi de divers types de marqueurs indexicaux dans la réalisation de certaines procédures référentielles liées au contexte, puis les effets que cet emploi produit sur le contexte qu’il crée ainsi. Il cherche à démontrer qu’une explication de ces phénomènes exige que l’on postule une interaction entre les propriétés sémantico-pragmatiques intrinsèques des marqueurs indexicaux, d’une part, et l’application de la procédure discursivo-référentielle qu’ils contribuent à réaliser, de l’autre.

La deixis canonique exige l’accès au contexte d’énonciation, et son emploi permet l’introduction d’un référent très saillant et nouveau pour le discours ; la deixis de discours constitue une instruction à opérer sur une représentation du discours préalablement construit, et à en créer par inférence un référent en partie nouveau. L’anadeixis de reconnaissance applique la procédure déictique à une représentation mémorielle partagée d’un événement ou d’une situation antérieurs, les transformant d’un état inactif en un état actif. L’anadeixis « stricte », quant à elle, présuppose l’accès à une représentation mentale hiérarchisée de référents potentiellement en compétition, et rend l’un d'entre eux, qui est non-topical au moment de l’emploi,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.