Show Less
Restricted access

Méthodes de recherche dans le champ de la déficience intellectuelle

Nouvelles postures et nouvelles modalités

Geneviève Petitpierre and Britt-Marie Martini-Willemin

Cet ouvrage jette un regard neuf sur les méthodes de recherche dans le champ des déficiences intellectuelles. Il aborde différentes manières de rendre compte scientifiquement des questions relatives à la déficience intellectuelle et s’intéresse aux postures et méthodologies nouvelles à une période marquée par la transformation des paradigmes du handicap.
Des thèmes comme l’articulation entre la réflexion épistémologique et le choix des dispositifs et des méthodes, les défis liés à la construction et la validation des outils ou stratégies innovantes, la place de la personne avec une déficience intellectuelle dans la recherche ou encore les précautions à prendre pour respecter son droit à la protection et à la participation sont au cœur de ce livre. Les auteurs esquissent les contours de postures nouvelles tant dans la recherche comparative que dans les plans expérimentaux à cas unique, la recherche qualitative ou la recherche collaborative et émancipatoire. Conçu comme un manuel, chaque chapitre est accompagné d’exemples tirés de travaux scientifiques publiés, d’un choix de lectures et finalement d’exercices permettant l’approfondissement.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre III. La recherche qualitative dans le champ des déficiences intellectuelles

Extract

GENEVIÈVE PETITPIERRE ET MARYVONNE CHARMILLOT D’ODORICO

Comprendre l’expérience de vie des personnes vivant avec une déficience intellectuelle (DI) et celle de leurs proches, la saisir à travers les événements sociaux, les habitudes, les gestes, les paroles et les attitudes. L’étudier avec le moins de préconceptions possible, à partir de ce que les personnes concernées en disent, la manière dont elles vivent avec, c’est la voie empruntée par les travaux qui privilégient les approches qualitatives et leurs principes inductifs. La recherche qualitative est qualifiée d’« a-postérioriste » par Despret (citée par Pourtois, Desmet & Lahaye, 2007), dans la mesure où le chercheur veille à ne pas formuler d’hypothèses a priori, son intention première étant, une fois les données produites1, de « leur donner un sens en créant des liens » entre elles (p. 8). Les procédures inductives ne sont pas récentes dans le champ des déficiences intellectuelles. Brantlinger, Klingner et Richardson (2005) rappellent l’existence, très tôt dans l’histoire, d’études marquantes parties de l’observation de menus événements ou de réalités « d’apparence triviale » (Booth & Booth, 1996). L’œuvre d’Itard, une fois de plus, est citée. Considérée tout à la fois comme un point de départ et de rupture (Gardou & Develey, 2001 ; Meirieu, 2001), elle jette les bases d’une posture méthodologique chère à de nombreux chercheurs travaillant à partir d’approches interprétatives ou compréhensives. Sur le...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.