Show Less
Restricted access

A contre-courant- Gegen den Strom

Résistances souterraines à l'autorité et construction de contrecultures dans les pays germanophones au XXe siècle

Series:

Cécilia Fernandez and Olivier Hanse

Terres de haute technologie, les pays germanophones sont également célèbres pour leurs phénomènes de réaction contre la modernité et la vivacité de leurs cultures alternatives: scène underground de Berlin, groupes anthroposophiques, etc. Entre le « mouvement de jeunesse », les communautés New Age contemporaines et les bohèmes de RDA, les différences semblent l’emporter. Par son regard transversal, le présent ouvrage révèle pourtant toute une série de liens unissant les différentes formes de resistances souterraines à l’autorité dans les pays germanophones au XXe siècle. Il interroge la tendance propre aux phénomènes contre-culturels à cumuler progressisme et tendances régressives, à privilégier les actions indirectes sur la réalité collective et à abolir la distinction entre vie privée et action politique. Ce livre contient des contributions en français et en allemand. Il résulte d’un colloque international qui s’est tenu à Saint-Etienne les 5-6-7 avril 2012.
Bei aller technischen Fortschrittlichkeit sind die deutschsprachigen Länder ebenfalls für ihren beharrlichen Widerstand gegen die Moderne und die Lebendigkeit ihrer alternativen Kulturen bekannt: man denke an die Berliner Untergrundszene, die Vielzahl anthroposophischer Gruppen u.v.m. Ideologisch wie strategisch scheint dabei zunächst einmal den Wandervogel, zeitgenössische New-Age-Gemeinden und die DDR-Bohème mehr zu trennen als zu einen. Der vorliegende Sammelband deckt allerdings auch eine ganze Reihe von Gemeinsamkeiten zwischen diesen Erscheinungen auf. Er befasst sich insbesondere mit der bei gegenkulturellen Phänomenen häufig zu beobachtenden Tendenz, progressive und regressive Bewegungen miteinander zu verknüpfen, indirekte Aktionsformen gegen die bestehende soziale Ordnung zu bevorzugen und die Unterschiede zwischen Privatleben und politischer Aktion aufzuheben. Das Buch fasst die Ergebnisse einer internationalen Tagung zusammen, die vom 5. bis zum 7. April 2012 in Saint-Etienne stattfand.
Show Summary Details
Restricted access

Le nudisme en RDA, une culture de la «niche»?: Marc Cluet

Extract

Le nudisme en RDA, une culture de la «niche»?

Marc CLUET

Université de Strasbourg (EA 1341)

Le nudisme est-allemand, tel qu’il s’est développé en RDA à partir de 1956 (on reviendra sur cette date), a émergé dans les consciences au fil des saisons estivales enchaînées depuis la réunification. Les touristes venus de l’Ouest pour (re)découvrir les plages du littoral oriental ou encore les lacs de la plaine germano-polonaise furent surpris de voir avec quelle facilité leurs cousins et cousines de l’ancienne RDA pratiquaient le nu intégral. En réalité, les habitués des lieux s’en tenaient, tout simplement, à ce que le géographe Emmanuel Jaurand appelle le «modèle allemand de naturisme», à savoir un «nudisme ‹hors les murs›, en espace public de plein air»,1 plutôt qu’en «camp», – où sont donc indistinctement mêlés nudistes et non-nudistes, oisifs, sportifs, promeneurs, passants… Ce modèle avait déjà eu cours à grande échelle dans la seconde moitié des années 1920 et plus particulièrement à l’époque de la crise de 1929, pour toute une série de raisons. Nombreux étaient alors les nudistes adhérents d’associations qui ne renouvelaient pas leur adhésion pour faire l’économie de leur cotisation, mais ne renonçaient pas pour autant, et passaient donc au «nudisme sauvage». Or, ils reçurent le renfort de nouveaux adeptes, qui s’étaient abstenus jusque là par refus des contraintes associatives ou par crainte de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.