Show Less
Restricted access

L’Etat au pays des merveilles

L’Etat et le projet étatique en Nouvelle-Calédonie

Peter Lindenmann

L’Etat au pays des merveilles décrit un projet de construction d’état contemporain. En Nouvelle-Calédonie, une ancienne colonie française dans le Pacifique Sud, une situation de conflit dans les années 80 a engendrée une succession de statuts cherchant à régler la situation difficile d’un territoire dépendant, mais ne pas intégré, d’un état européen distant de 20'000 km. L’Accord de Nouméa, conclu en 1998 entre loyalistes, indépendantistes et l’Etat central, a pavé la route pour une émancipation évolutive de la Nouvelle-Calédonie. Des transferts de compétences irréversibles, accompagnés par des formations préparatoires pour les futurs administrateurs et les crédits nécessaires sont le moyen de choix de la France pour accompagner le projet étatique calédonien. Ce livre, écrit dans une perspective de départ d’une tribu, d’une commune rurale en brousse, cherche à illuminer l’intérieur de ce processus à long terme pour comprendre le comment et le pourquoi de cette transformation de conflit réussie. Basé sur une longue recherche de terrain et un grand nombre d’entretiens, le livre fait le cas d’un projet étatique différent, sur une trajectoire unique et s’éloignant de plus en plus de la France métropolitaine.
Show Summary Details
Restricted access

III. Violence

Extract



1. Armée

Dans un livret intitulé « Équipements 2000 » qui fut imprimé mais jamais diffusé, la commune de Bourail décompte les « structures administratives » présentes sur le territoire de la commune. Sous le titre « Armée » sont listées : la Gendarmerie, le Camp Militaire de Nandai, la Police Municipale et le Centre de Première Intervention (Commune de Bourail 2000 : 24). Ce sont là les outils qui devraient permettre à l’État de défendre son monopole de violence à Bourail. Je vais dans un premier temps expliquer cette représentation pour ensuite donner à la fin du chapitre mon analyse sur sa véracité.

Toute la France est divisée en deux zones de prestation de sécurité : une zone gendarmerie en rase campagne et une zone police en ville. En Nouvelle-Calédonie, la zone police est limitée à la capitale Nouméa. Pour le reste du pays, la gendarmerie est responsable de toutes les charges qui sont habituellement de la responsabilité de la fonction policière. Celles-ci comprennent le maintien de l’ordre public, la réglementation de la circulation, la lutte contre la criminalité, etc. En dehors de ces responsabilités policières, les gendarmes ont en Nouvelle-Calédonie des charges qui sont inconnues de leurs collègues en France. La gendarmerie s’occupe ainsi des permis pour les armes et les munitions, les gendarmes agissent en tant qu’huissiers et ils étaient responsables jusqu’en 2008 de l’intégration du système coutumier dans l’administration de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.