Show Less
Restricted access

La liaison : approches contemporaines

Series:

Edited By Christiane Soum Favaro, Annelise Coquillon and Jean-Pierre Chevrot

La liaison est un phénomène phonologique typiquement français, qui consiste à prononcer la consonne finale d’un mot lorsque celui-ci précède un mot comportant une voyelle initiale ( les [z] écrans). Dans bien des cas cependant, il est possible de prononcer aussi bien avec liaison que sans liaison ( ainsi dans mais [z] enfin). Cela confère à la liaison un caractère variable et hétérogène, dont la complexité, depuis les années 40, ne cesse d’intriguer les chercheurs. À date récente, la constitution de grands corpus oraux, tel PFC (Phonologie du Français Contemporain) a relancé l’étude de la liaison. Le présent ouvrage propose une revue à la fois large et précise des dernières recherches dans le domaine, d’un point de vue aussi bien linguistique que psycholinguistique et sociolinguistique. Il rend compte d’études nouvelles sur le traitement de la liaison dans la communication orale, mais aussi en production écrite ou chez des personnes atteintes de pathologies du langage. Il s’adresse tant aux spécialistes qu’aux étudiants en sciences du langage désireux de s’instruire à propos de ce phénomène phare de la phonologie du français.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 3: La liaison en français contemporain : approches lexicales et exemplaristes: Bernard Laks, Basilio Calderone

Extract

BERNARD LAKS, BASILIO CALDERONE

Que la phonologie d’une langue vivante doive se fonder sur une description et une analyse des usages réels, tels qu’exhibés par les locuteurs de cette langue, peut sembler l’évidence. A l’époque contemporaine pourtant, rien n’est moins sûr et la phonologie de corpus reste une orientation de recherche encore minoritaire. Certes, la linguistique du datum est aussi ancienne que la linguistique de l’exemplum (Laks, 2008, 2011), mais force est de constater que depuis ce que Newmeyer (1988) a nommé ‘le tournant chomskyen’, la linguistique dominante se confond encore avec une construction grammaticale basée sur un petit nombre d’exemples, plus ou moins récurrents, dont les principes de construction et de recollection restent scientifiquement non fondés.2 ← 61 | 62 →

La linguistique structurale pourtant, dans sa version américaine comme dans sa version européenne, était profondément liée à la notion de corpus. L’origine peut en être recherchée, après Whitney, chez Saussure lui-même, dans le primat absolu qu’il confère, méthodologiquement et conceptuellement, à la linguistique de la parole sur la linguistique de la langue (Bouquet, 1997 ; Béguelin, 1990 ; Laks, 2012). Ainsi, jusque dans les années 1960, une analyse linguistique structurale n’était pas possible sans que fût préalablement construit et exposé un large corpus de faits observés, quels qu’en soient la méthodologie et le mode de construction. Les modes de recollection pouvaient varier considérablement, de l’échantillonnage...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.