Show Less
Restricted access

Guerres dans le monde ibérique et ibéro-américain

Actes du XXXVe Congrès de la S. H. F.

Florence Belmonte, Karim Benmiloud and Sylvie Imperato-Prieur

Cet ouvrage réunit les travaux du XXXVe Congrès de la Société des Hispanistes Français (S. H. F.) qui s’est tenu à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 du 20 au 22 mai 2011. Il rassemble une cinquantaine d’articles qui portent non seulement sur l’Espagne, mais aussi sur l’ensemble de la Péninsule Ibérique, sur l’Amérique hispanophone et les territoires lusophones, du XVIe au XXIe siècle. Le volume est divisé en quatre chapitres, « Faire la guerre », « Dire la guerre », « Représenter la guerre » et « Sortir de la guerre », qui recouvrent une large part des champs disciplinaires auxquels s’attache l’hispanisme (Histoire, civilisation, littérature, théâtre, arts plastiques, peinture, musique, cinéma).
L’ouvrage comprend notamment de nombreux articles sur la guerre civile espagnole et le franquisme (dont les deux conférences plénières), mais aussi d’importantes contributions sur l’ensemble du monde ibérique et ibéro-américain (Portugal, Argentine, Colombie, Cuba, Mexique, Paraguay, Pérou, etc.).
Show Summary Details
Restricted access

La lutte antiterroriste : une pierre d’achoppement dans les relations bilatérales entre l’Equateur et la Colombie ? (Hortense Faivre d’Arcier-Flores)

Extract

← 94 | 95 → HORTENSE FAIVRE D’ARCIER-FLORES

Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Dans une Amérique Latine démocratique les menaces de résurgence de guerre semblent bien appartenir au passé, et pourtant, la Colombie reste une exception par la permanence de ses guérillas marxistes-léninistes des FARC-EP et de l’ELN. En raison de l’implication de ces groupes armés irréguliers dans le narcotrafic, les répercussions transfrontalières du conflit interne colombien représentent un facteur de risque pour la stabilité politique régionale.

Il est vrai qu’entre l’Equateur et la Colombie, on peut parler d’une longue tradition d’amitié et de pacifisme et d’une frontière commune qui avait toujours été ouverte à la libre circulation des populations. Or, depuis quelques années, les relations bilatérales entre les deux voisins se sont considérablement détériorées avec l’impact sur les pays limitrophes d’une politique sécuritaire offensive colombienne en matière de lutte antidrogue et antisubversive.

C’est sur cette tension croissante dont le point d’orgue a été atteint en janvier 2008 que nous reviendrons tout d’abord pour tenter d’établir les responsabilités liées au recours à la force et ses incidences sur la scène politique régionale. L’arrivée au pouvoir du président colombien Juan Manuel Santos en juin 2010 a amené une certaine détente au niveau de la diplomatie régionale plus conforme à la détermination générale des Chefs d’Etat du...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.