Show Less
Restricted access

L’ennemi de la mort

Le combat perpétuel d’Elias Canetti

Series:

Marion Dufresne

Notre conscience de la mort détermine nos comportements sociaux : tel est le postulat d’Elias Canetti. Tous les textes de l’auteur, que ce soient l’autobiographie, l’œuvre fictionnelle ou les inclassables Réflexions, sont mis à contribution pour démontrer l’omniprésence de la mort. Elle joue un rôle fondamental dans les différentes formations de masse et elle est l’arme la plus redoutable entre les mains des potentats de tout acabit. Le présent ouvrage tente de démontrer que, pour Canetti, la tâche essentielle du poète digne de ce nom est de ne se confronter à l’empire néfaste de la mort que pour mieux la combattre. Face à cette menace Canetti développe sa conception anthropologique et poétologique de la métamorphose. Ne jamais oublier combien nous sommes vulnérables, ne doit pas conduire au désespoir. Il incombe aux poètes de rappeler à l’homme son aptitude à la métamorphose. Il nous faut réapprendre à nous saisir de cette arme qui reste la plus efficace pour échapper au règne du trépas.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract

Ce n’est plus un secret pour personne qu’Elias Canetti, auteur longtemps méconnu et ignoré d’un plus large public avant d’être sacré Prix Nobel de littérature en 1981, attribue sa singularité à son combat permanent contre la mort. La prise de position radicale de celui qui se déclare «ennemi de la mort» a déjà fait couler beaucoup d’encre et si elle force l’admiration de certains, elle a avant tout déconcerté, voire agacé la plupart des critiques. En revanche, son concept à la fois anthropologique et poétologique de la métamorphose, avancé par l’auteur comme l’arme la plus efficace dans sa lutte, a été accueilli beaucoup plus favorablement et donné lieu à de nombreuses analyses approfondies.

Tous les interprètes d’Elias Canetti soulignent l’homogénéité d’une œuvre qui repose selon la plupart d’entre eux sur les quatre piliers que sont les thèmes de la masse, de la puissance, de la mort et de la métamorphose. Certains ajoutent la problématique de la langue, comme Friederike Eigler,1 celle de l’exil et de l’identité comme Axel Streussloff.2 Peu sensible aux modes littéraires, souvent peu amène avec la création contemporaine, Canetti restera fidèle, à travers son œuvre multiforme, à ses sujets de prédilection. Ils sont omniprésents aussi bien dans ses premières publications, dans le roman Die Blendung (Auto-dafé) et les drames Hochzeit (Noce) et Komödie der Eitelkeit (Comédie des vanités) que dans les essais regroupés sous...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.