Show Less

Le changement en français

Etudes de linguistique diachronique

Series:

Edited By Bernard Combettes, Céline Guillot, Evelyne Oppermann-Marsaux, Sophie Prevost and Amalia Rodriguez Somolinos

Cet ouvrage réunit une sélection d’articles issus du colloque international « Diachro 4 - Le français en diachronie », qui s’est tenu à l’Université Complutense de Madrid du 22 au 24 octobre 2008. Les contributions sont axées essentiellement autour de trois grands thèmes : le français préclassique et classique en diachronie ; l’énonciation et la linguistique textuelle en diachronie ; les structures interrogatives et les constructions clivées. Un thème transversal apparaît tout au long de cet ensemble : celui de la périodisation, du choix des critères permettant la reconnaissance d’étapes successives dans le changement linguistique.
Les études proposées ici constituent un ensemble bien représentatif des diverses tendances, théoriques et méthodologiques, qui traversent actuellement le champ de la linguistique diachronique du français, en France comme à l’étranger.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Jukka HAVU Le passé antérieur et la négation 235

Extract

Le passé antérieur et la négation1 Jukka HAVU Université de Tampere Pour une société plus juste, plus solidaire, plus enthousiaste, plus dynamique, n’ayons pas peur de réclamer carrément la suppres- sion de ce passé antérieur qui n’a que trop longtemps retardé l’entrée de notre pays dans le club des nations libres et modernes, fières de leur PIB supérieur au seuil autorisé par le pacte de stabilité. Du passé antérieur, faisons table rase. http://www.blogoz.fr/2008/04/29 Le passé antérieur, forme peu fréquente et soumise à davantage de con- traintes sémantiques et syntaxiques que la plupart des temps composés du français, manifeste une incompatibilité presque générale avec la négation. L’objectif de cette étude est d’attirer l’attention sur une construction marginale du français préclassique et classique, à savoir le passé antérieur nié, employé dans la proposition principale (on trouve quelques exemples de cette construction encore au début du XIXe siècle, mais il s’agit vraisem- blablement de réminiscences de la langue classique): (1) Mais il n’eut pas esté avec elle trois ou quattre moys qu’il ne luy fallust aller de- hors pour ses affaires, la laissant pourtant enceincte seullement de trois sepmai- nes, /../ (Périers, Bonaventure des, Les Nouvelles récréations et joyeux devis de feu Bo- naventure des Périers, 1558, p. 390) (2) /../ mon esclave, qui, comme je vous ay dit, s’estoit mis en chemin, passa de fortune...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.