Show Less

Textes sacrés et culture profane : de la révélation à la création

Series:

Edited By Mélanie Adda

Cet ouvrage, partiellement issu de réflexions engagées lors du colloque interdisciplinaire « Textes sacrés, Arts et Sciences » (dirigé par Mélanie Adda, INHA, Paris, 11-12 janvier 2008), traite dans une double perspective de la relation entre les textes sacrés et la culture profane qui s’y rapporte ou qui s’y heurte. Les auteurs se sont d’abord interrogés sur la possibilité d’une définition en intension de la sacralité textuelle. En observant le devenir de critères propre à la définir (comme l’origine divine) dans des contextes aussi différents que le judaïsme hellénistique, le Moyen Âge chrétien ou encore le confucianisme, les études de ce volume mettent en lumière la complexité de la notion de texte sacré, qui ne peut sans doute recevoir d’autre définition qu’en extension.
L’autre objectif de ce recueil est d’étudier la réception des textes sacrés dans les civilisations et les cultures profanes dont ils sont les principaux fondements, en observant non seulement le statut que l’objet profane reconnaît au texte sacré auquel il emprunte, se consacre ou s’oppose, mais aussi le statut que ce même objet profane s’attribue alors à lui-même ou se voit attribuer.
Ce double aspect de la réception du texte sacré est étudié à travers diverses productions culturelles, des plus directement liées à la source sacrée – comme les apocryphes, les traductions, l’exégèse et les enluminures –, aux plus indépendantes – comme la création littéraire –, en passant par celles qui, comme certaines sciences positives, doivent contourner le texte sacré, ou encore celles qui le détournent à des fins polémiques ou politiques.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

François BOESPFLUG Préface XI

Extract

Préface François BŒSPFLUG Professeur d’histoire des religions à l’Université de Strasbourg La « jeune recherche » n’a pas froid aux yeux. Elle s’attaque parfois à des sujets réputés difficiles entre tous, comme c’est le cas ici, dans le volume que le lecteur tient en main, celui des actes du colloque qui s’est tenu à l’Institut National d’Histoire de l’Art en janvier 2008 et dont j’ai eu le plaisir et l’honneur de présider une séance. Il paraît très heureux que ces actes soient publiés, pour plusieurs raisons. J’en vois au moins trois. D’abord eu égard au thème, dont le choix est déjà très judicieux dans la mesure où il procède de la conscience vive d’une nécessaire confrontation, là où d’autres générations de chercheurs ou d’autres milieux, plus précautionneux, ou plus inhibés, comme l’on préférera dire, ont botté en touche et usé d’esquive. Ensuite, parce que les contributions rassemblées dans le volume, que Mélanie Adda dans son Introduction présente avec clarté, fidélité et sagacité, sont d’une richesse qui établit, si besoin en était, que « le mérite n’attend pas le nombre des années ». Enfin, parce que, crise ou pas, la responsabilité des éditeurs n’est pas seulement de faire connaître les derniers écrits des auteurs déjà confirmés, mais aussi de donner leur chance à des plumes débutantes, dont le nom n’est pas encore un sésame dans les maisons...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.