Show Less

L’Emergence

En réponse aux travaux de Jean-Marie Grassin

Series:

Edited By Jacques Fontanille, Juliette Vion-Dury and Bertrand Westphal

L’émergence est la pensée du nouveau, de l’inédit. Comment quelque chose peut-il apparaître là où rien n’était ? Pourquoi le tout n’est-il pas seulement la somme de ses parties ? Ce « quelque chose », ce supplément, qui font la naissance, l’avènement ou la création de phénomènes culturels et scientifiques, ainsi que les mouvements qu’ils génèrent, sont étudiés sous le nom d’« émergence ». Dédicacé par un prix Nobel de Littérature, rassemblant des auteurs qui font autorité dans leur domaine, cet ouvrage constitue aussi bien une synthèse et une analyse scientifique des théories de l’émergence qu’un hommage à celui qui s’en est fait le concepteur en France. Jean-Marie Grassin, en effet, grâce a sa bonne connaissance de la francophonie et des questions de l’émergence de nouvelles littératures dans un contexte postcolonial, et comme observateur international privilégié des concepts littéraires, a proposé une description, puis une théorisation, de l’émergence. Venus de divers horizons des lettres, des arts, des sciences humaines et sociales et de pays très divers, des chercheurs lui répondent en un échange fécond.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Préface XI

Extract

Préface Jacques FONTANILLE Institut Universitaire de France, Président de l’université de Limoges Invité à ouvrir les débats sur le concept d’émergence en littérature, en hommage aux recherches et à l’œuvre de Jean-Marie Grassin, la pre- mière question qui me vient à l’esprit est celle de la position que je dois adopter à l’égard de ces travaux et de cette œuvre. Pour commencer, une position passagère, celle de Président de l’université de Limoges, université où s’est déroulé l’essentiel de sa carrière universitaire : Jean-Marie Grassin a marqué notre Université en fondant le département de littérature générale et comparée, et en le dirigeant pendant presque trois décennies ; mais il a aussi développé, avec quelques autres collègues, la vocation francophone de l’univer- sité de Limoges, en créant en son sein une université de la Francophonie et les colloques périodiques qu’elle proposait ; à ce titre, il a représen- té notre Université dans l’espace francophone international, notamment en Afrique. D’une autre position plus durable, celle de témoin et de collègue, j’ai assisté à l’ensemble de la carrière de Jean-Marie Grassin à Limoges, depuis les débuts en 1968 (j’étais alors étudiant dans son cours de li- cence) jusqu’à aujourd’hui : créateur d’idées, animateur de recherches et de rencontres scientifiques inépuisable, missionnaire infatigable, son engagement n’a jamais fléchi, au bénéfice de son département, de sa discipline, de son projet scientifique, et,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.