Show Less

La parole de l’autre

L’écriture de Dino Buzzati à l’épreuve de la traduction

Series:

Cristina Vignali

Le style de Dino Buzzati est-il, comme l’a considéré longtemps la critique, linéaire, sans effets, trop journalistique ? Son apparente simplicité est-elle manque d’épaisseur, de relief ? Par l’analyse minutieuse d’un large corpus d’œuvres buzzatiennes et de leurs traductions françaises respectives, embrassant toute la production romanesque de l’écrivain et la plupart de ses recueils de nouvelles, l’auteur de cette étude montre au contraire toute la subtilité de l’écriture d’un des grands prosateurs italiens du XX ème siècle. Les résultats de cette enquête mettent en lumière des mécanismes stylistiques insoupçonnés dans la création des atmosphères de mystère, de vague inquiétude ou de tourment qui caractérisent l’œuvre de Buzzati. L’envoûtement des hauteurs dans Bàrnabo delle montagne, le charme hypnotique du Deserto dei Tartari ou les affres de la passion dans Un amore apparaissent alors sous un jour nouveau.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction - 1

Extract

Introduction Il suo stile è un problema perché pare che non costituisca alcun problema1. Notre travail sur les traductions françaises de Dino Buzzati a pour pre- mière ambition d’apporter une contribution à la connaissance de l’écri- ture buzzatienne, en poursuivant ainsi les recherches critiques sur la langue de Buzzati prosateur2. Malgré le succès qu’a connu l’œuvre de Buzzati en France et dans les pays francophones à partir de 1949 avec le roman Il deserto dei Tartari traduit par Michel Arnaud, peu d’études ont été consacrées aux traductions françaises de la prose buzzatienne. Or, ce type de recherche nous semble d’autant plus nécessaire que les écarts que nous avons ob- servés dans les traductions sont nombreux et que se pose, par consé- quent, la question de leur signification : comment en expliquer la pré- sence si importante pour un auteur dont la critique a longtemps considéré la langue comme « faite pour la koinè »3, simple, claire, uniforme, sans aucune tension expérimentale – et donc, a priori, facile à traduire ? En réalité, cette vision de la langue buzzatienne a été ensuite démentie par des critiques qui ont mis en évidence la nécessité d’approfondir davan- tage l’étude du style de Buzzati. Dès lors, si l’apparente simplicité de la langue et l’apparente clarté du style buzzatien ont pu, pendant un temps, dérouter la critique, n’ont-elles pas également dépisté les traducteurs ? Ne sont-elles pas la raison qui pourrait expliquer l’importance...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.