Show Less

La parole de l’autre

L’écriture de Dino Buzzati à l’épreuve de la traduction

Series:

Cristina Vignali

Le style de Dino Buzzati est-il, comme l’a considéré longtemps la critique, linéaire, sans effets, trop journalistique ? Son apparente simplicité est-elle manque d’épaisseur, de relief ? Par l’analyse minutieuse d’un large corpus d’œuvres buzzatiennes et de leurs traductions françaises respectives, embrassant toute la production romanesque de l’écrivain et la plupart de ses recueils de nouvelles, l’auteur de cette étude montre au contraire toute la subtilité de l’écriture d’un des grands prosateurs italiens du XX ème siècle. Les résultats de cette enquête mettent en lumière des mécanismes stylistiques insoupçonnés dans la création des atmosphères de mystère, de vague inquiétude ou de tourment qui caractérisent l’œuvre de Buzzati. L’envoûtement des hauteurs dans Bàrnabo delle montagne, le charme hypnotique du Deserto dei Tartari ou les affres de la passion dans Un amore apparaissent alors sous un jour nouveau.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Deuxième partie - Des champs lexicaux

Extract

Deuxième partie Des champs lexicaux Chapitre I La dimension sonore Nel soave silenzio della notte si odono queste voci sottili1. La dimension sonore imprègne intensément la prose de Buzzati, à tel point que le critique et écrivain français Yves Frontenac définit notre auteur comme « un visionnaire du bruit », affirmant que le bruit devient même un instrument de promotion du fantastique dans l’œuvre buzza- tienne2. Ce jugement est partagé par Marie-Hélène Caspar qui, dans les conclusions de son volume Fantastique et mythe personnel dans l’œuvre de Dino Buzzati, ajoute qu’avec la vue, l’ouïe est l’un des deux sens privilégiés par l’auteur3. La prose buzzatienne est peuplée – en proportions différentes selon les œuvres – de bruits et de sons (décrits globalement avec une richesse lexicale remarquable), mais également de voix et de musique. Cette pré- sence sonore est loin de nous étonner si l’on considère l’attention manifes- tée par Buzzati vis-à-vis des bruits (attention qu’il a exprimée lors de ses entretiens avec Yves Panafieu4) et sa passion fervente pour la musique5, 1 D. BUZZATI, In quel preciso momento, op. cit., p. 77 (« Dans le silence suave de la nuit on entend ces voix menues »). 2 Y. FRONTENAC, « L’attente vaine chez Dino Buzzati », in Il pianeta Buzzati, op. cit., p. 72. 3 M.-H. CASPAR, Fantastique et mythe personnel dans l’œuvre de Dino Buzzati, La Garenne-Colombes : Editions européennes Erasme, 1990, p. 233. 4...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.