Show Less

La litote

Hommage à Marc Bonhomme

Series:

Edited By André Horak

S’intéressant à des domaines aussi variés que la rhétorique, la pragmatique, la sémiostylistique, les sciences des médias et l’histoire de la langue française, Marc Bonhomme a tout particulièrement enrichi – et il continue de le faire – les recherches en linguistique par ses travaux novateurs sur les figures du discours. Pour l’honorer, ses élèves et amis ont choisi de revisiter le champ des figures et de combler une lacune scientifique en examinant la litote, à laquelle, malgré sa notoriété et sa diffusion, les théoriciens ont jusqu’ici réservé peu de pages.
Philologiques, rhétoriques et pragmatico-discursives, les contributions du présent recueil vont au cœur de la problématique qui entoure la litote. Comment concilier le moins et le plus, dont la coprésence ou l’interaction a priori paradoxale constitue le trait définitoire de cette figure ? Quel est le rôle de la négation dans la production litotique ? Quels rapports la litote entretient-elle avec les figures avoisinantes que sont l’euphémisme, l’ironie et l’hyperbole ? Les perspectives variées ici réunies montrent que la litote est une figure référentielle fort complexe qui occupe une position clé dans le langage.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Georges KLEIBERTête de litote (Présentation) 29

Extract

Tête de litote Georges KLEIBER, Université de Strasbourg Quand André Horak m’a demandé de participer au volume consacré à la litote et réalisé en l’honneur de Marc Bonhomme, je lui ai d’abord donné une réponse négative, malgré mon grand désir d’exprimer au récipiendaire mon amicale et universitaire estime. A part des réminiscences littéraires plutôt floues où des haines niées se transforment en tisons d’une passion brûlante, je ne connaissais en effet pas grand-chose à la litote. J’avais, certes, tâté un peu de la métaphore, mais la litote, c’était pas vraiment mon truc. Et, de plus, ça me paraissait être un sujet où il n’y avait pas ou plus grand-chose à dire. Je lui ai donc fait part de ma décision, tout en lui disant mon regret de la chose. J’eusse peut-être mieux fait de ne pas trop souligner ce regret, car André Horak est revenu à la charge avec une autre proposition: celle, toute simple et anodine en apparence, de présenter l’ouvrage. Le plaisir de pouvoir apporter ainsi mon obole l’a emporté sur toute prudence, qui eût pourtant été nécessaire en la circonstance. J’ai donc dit oui, il y a près d’un an, sans me rendre compte à quoi m’en- gageait exactement mon acceptation. Ce n’est que lorsque les différents textes des «vrais» contributeurs se sont empilés sur ma table de travail que j’ai compris que cela ne serait pas facile1. Et que...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.