Show Less

La litote

Hommage à Marc Bonhomme

Series:

Edited By André Horak

S’intéressant à des domaines aussi variés que la rhétorique, la pragmatique, la sémiostylistique, les sciences des médias et l’histoire de la langue française, Marc Bonhomme a tout particulièrement enrichi – et il continue de le faire – les recherches en linguistique par ses travaux novateurs sur les figures du discours. Pour l’honorer, ses élèves et amis ont choisi de revisiter le champ des figures et de combler une lacune scientifique en examinant la litote, à laquelle, malgré sa notoriété et sa diffusion, les théoriciens ont jusqu’ici réservé peu de pages.
Philologiques, rhétoriques et pragmatico-discursives, les contributions du présent recueil vont au cœur de la problématique qui entoure la litote. Comment concilier le moins et le plus, dont la coprésence ou l’interaction a priori paradoxale constitue le trait définitoire de cette figure ? Quel est le rôle de la négation dans la production litotique ? Quels rapports la litote entretient-elle avec les figures avoisinantes que sont l’euphémisme, l’ironie et l’hyperbole ? Les perspectives variées ici réunies montrent que la litote est une figure référentielle fort complexe qui occupe une position clé dans le langage.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Michel LE GUERNNicolas Beauzée, «Litote» 53

Extract

Nicolas Beauzée, «Litote» Michel LE GUERN, Lyon Nicolas Beauzée a fourni deux contributions importantes à la réflexion sur la litote. Un premier article «Litote», rédigé aux alentours de 1760 pour l’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des lettres, consiste pour l’essentiel en une revue critique des théories antérieures. Une vingtaine d’années plus tard, il compose pour l’Encyclopédie méthodique un nouvel article «Litote» où il présente de manière développée sa propre théorie, qui boule- verse les points de vue traditionnels. On présente habituellement Nicolas Beauzée comme un disciple de Du Marsais, à qui il succède en 1756 en tant que grammairien de l’Encyclopédie. Certes, il manifeste à l’égard de son prédécesseur une grande déférence, mais cela ne l’empêche pas d’avoir une pensée originale, souvent en rupture avec les idées de Du Marsais1. Les divergences sont nettes dans la manière d’aborder les figures, et particulièrement sur la question de la litote. Du Marsais, dans son traité Des tropes (II, 7), définit ainsi la litote2: La litote ou diminution, est un trope par lequel on se sert de mots, qui, à la lettre, paroissent afoiblir une pensée dont on sait bien que les idées accessoires feront sen- tir toute la force: on dit le moins par modestie ou par égard; mais on sait bien que ce moins réveillera du plus. Quand...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.