Show Less

La litote

Hommage à Marc Bonhomme

Series:

Edited By André Horak

S’intéressant à des domaines aussi variés que la rhétorique, la pragmatique, la sémiostylistique, les sciences des médias et l’histoire de la langue française, Marc Bonhomme a tout particulièrement enrichi – et il continue de le faire – les recherches en linguistique par ses travaux novateurs sur les figures du discours. Pour l’honorer, ses élèves et amis ont choisi de revisiter le champ des figures et de combler une lacune scientifique en examinant la litote, à laquelle, malgré sa notoriété et sa diffusion, les théoriciens ont jusqu’ici réservé peu de pages.
Philologiques, rhétoriques et pragmatico-discursives, les contributions du présent recueil vont au cœur de la problématique qui entoure la litote. Comment concilier le moins et le plus, dont la coprésence ou l’interaction a priori paradoxale constitue le trait définitoire de cette figure ? Quel est le rôle de la négation dans la production litotique ? Quels rapports la litote entretient-elle avec les figures avoisinantes que sont l’euphémisme, l’ironie et l’hyperbole ? Les perspectives variées ici réunies montrent que la litote est une figure référentielle fort complexe qui occupe une position clé dans le langage.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Alain BERRENDONNERNégativité et double jeu énonciatif 127

Extract

Négativité et double jeu énonciatif Alain BERRENDONNER, Université de Fribourg (Suisse) Ich bin der Geist, der stets verneint. (Goethe, Faust) La litote? Vous ouvrez Les Figures clés du discours (Bonhomme, 1998), et vous constatez que tout ce que vous aviez à en dire s’y trouve déjà, et mieux formulé en quelques mots que vous ne sauriez le faire en cent. Je n’espère donc pas apporter ici quelque chose de nouveau, mais seulement annexer aux analyses du spécialiste quelques réflexions subsidiaires, ou transversales, inspirées par un point de vue extérieur à la rhétorique. Le terme de litote, comme bon nombre de ceux que nous avons hérités de la tradition, recouvre une notion confuse. Ses définitions oscillent classi- quement entre une saisie en tant que procédé ou en tant qu’effet interpréta- tif, d’où une place fluctuante dans la taxinomie des figures, et une délimita- tion indécise par rapport à certaines voisines, comme la métalepse1 ou l’euphémisme2. Pour échapper à ce flou extensionnel, je fermerai le champ sur une sous-espèce particulière, qui tient lieu de prototype depuis l’origine des temps: il s’agit des énoncés négatifs qui suscitent une interprétation particulière, communément caractérisée comme une façon de «dire moins pour suggérer plus». Tous les exemples de litote cités par Du Marsais (1977: 107) sont de ce type: (1) Je ne te hais point, Je ne puis vous louer,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.