Show Less

La litote

Hommage à Marc Bonhomme

Series:

Edited By André Horak

S’intéressant à des domaines aussi variés que la rhétorique, la pragmatique, la sémiostylistique, les sciences des médias et l’histoire de la langue française, Marc Bonhomme a tout particulièrement enrichi – et il continue de le faire – les recherches en linguistique par ses travaux novateurs sur les figures du discours. Pour l’honorer, ses élèves et amis ont choisi de revisiter le champ des figures et de combler une lacune scientifique en examinant la litote, à laquelle, malgré sa notoriété et sa diffusion, les théoriciens ont jusqu’ici réservé peu de pages.
Philologiques, rhétoriques et pragmatico-discursives, les contributions du présent recueil vont au cœur de la problématique qui entoure la litote. Comment concilier le moins et le plus, dont la coprésence ou l’interaction a priori paradoxale constitue le trait définitoire de cette figure ? Quel est le rôle de la négation dans la production litotique ? Quels rapports la litote entretient-elle avec les figures avoisinantes que sont l’euphémisme, l’ironie et l’hyperbole ? Les perspectives variées ici réunies montrent que la litote est une figure référentielle fort complexe qui occupe une position clé dans le langage.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Anna JAUBERTLa litote est-elle un contre-euphémisme?Négation, clivage énonciatif et lecture inversée 145

Extract

La litote est-elle un contre-euphémisme? Négation, clivage énonciatif et lecture inversée Anna JAUBERT, Université de Nice Sophia Antipolis, BCL, MSH La litote est-elle un contre-euphémisme? La confrontation de ces deux figures apparentées sémantiquement, et néanmoins fausses sœurs, devait trouver un large écho dans ce volume d’Hommage1. Elle s’inscrit dans le renouvellement de la réflexion sur le langage figuré illustré par l’approche pragmatique de Marc Bonhomme2. A mon tour, emboîtant le pas au réci- piendaire de cet ouvrage, je tenterai de cerner la figuralité instable du «dis- cours en deçà» (Bonhomme, 1998). En effet on a souvent constaté qu’un même énoncé, reconnaissable comme un moins-disant, suscitait une récep- tion euphémique ou litotique, ce qui revient à dire deux effets perlocutoires diamétralement opposés, sans présumer du fait qu’il pouvait être parfois plus pertinent de le rendre à une lecture littérale3. Pour analyser ces intermittences de la figuralité, je reviendrai sur ce qui fait la spécificité de la litote par rapport à l’euphémisme en approfondissant une approche pragmatique récemment développée (Jaubert, 2008). J’interrogerai ensuite la hiérarchie des procédures et l’instruction linguistique qui oriente le choix du récepteur. 1. Deux postures énonciatives Depuis l’Antiquité, les philosophes s’intéressent à la rhétorique, conscients du rôle de l’ars dicendi dans les affaires de la cité. Aujourd’hui la même con- ception socialisée du langage inspire de nouvelles réflexions sur les...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.