Show Less

Etudes de sémantique et pragmatique françaises

Series:

Edited By Louis de Saussure and Alain Rihs

Les articles rassemblés dans ce recueil sont issus d’une sélection de communications portant sur la sémantique et la pragmatique du français du colloque « Le français en contextes » de l’Association for French Language Studies, tenu à l’Université de Neuchâtel en septembre 2009. Ils apportent des éclairages nouveaux et des solutions inédites à un ensemble de problématiques classiques qui relèvent des dimensions sémantique et pragmatique du français. Qu’il s’agisse de définir les usages et interprétations des marqueurs aspectuo-temporels, des opérateurs modaux ou des quantificateurs, ou qu’il s’agisse de tracer les contours d’un matériau lexical difficilement saisissable (noms de couleurs ou noms d’idéalités), les auteurs apportent un soin particulier à l’identification des niveaux de sens ; ils s’emploient non seulement à distinguer les parts respectives du code et du contexte dans l’interprétation, mais, plus subtilement encore, examinent l’encodage sémantique sous l’angle de la sélection d’informations contextuelles qu’il implique.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Lena BAUNAZ & Cédric PATIN Quand la prosodie et la sémantique vont de pair: le cas des mots-qu en français 357

Extract

Quand la prosodie et la sémantique vont de pair: le cas des mots-qu en français Lena BAUNAZ, Université de Genève et Université Paris 7 Cédric PATIN, Université Paris 7 Remarques liminaires En nous référant à Baunaz (2011), nous montrons que différents types de syntagmes interrogatifs (mots-qu) peuvent se réaliser de trois manières dif- férentes sur le plan sémantique: sous une forme partitive, une forme spéci- fique (les deux portent une présupposition existentielle, c.-à.-d. qu’ils sont liés au discours) et une forme non présuppositionnelle (c.-à.-d. ni spéci- fique, ni partitive). En plus des différences sémantiques, intrinsèques aux syntagmes interrogatifs, nous démontrons grâce à une étude expérimentale pilote que la spécificité et la partitivité, lorsqu’elles sont associées aux mots- qu, se réalisent différemment sur le plan prosodique. En effet, les mots-qu sont fréquemment marqués d’un accent lorsqu’ils sont associés à la spécifi- cité. Cet accent est rarement observé, en revanche, sur les mots-qu partitifs. La spécificité a donc un corrélat prosodique, ce qui en d’autres termes signi- fie que la prosodie peut marquer différents statuts discursifs en français parlé. 1. Introduction Notre étude vise à vérifier l’affirmation de Baunaz (2011) selon laquelle la prosodie joue un rôle dans l’interprétation et la distribution des syntagmes interrogatifs in-situ du français. Pour ce faire, nous partons de l’hypothèse...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.