Show Less

Etat et bien commun

Perspectives historiques et enjeux éthico-politiques- Colloque en hommage à Roger Berthouzoz

Edited By Anto Gavric and Grzegorz W. Sienkiewicz

La notion d’Etat et celle de bien commun apparaissent aujourd’hui en constante confrontation du point de vue de leur finalité. Certes, le concept d’Etat naît avec la Modernité alors que celui du bien commun existe déjà dans l’Antiquité. Les rapports qu’ils entretiennent actuellement ne sont toutefois pas sans rappeler les questions éthiques autour de la notion de bonum commune qui se posent depuis la formation de la société publique.
Cet ouvrage invite à reprendre cette discussion dans un cadre pluridisciplinaire (philosophie, histoire, théologie, économie, droit, politique, médecine). Il met l’accent sur les questions philosophiques de l’utilisation de doctrines politiques du bien, de l’engagement social, des droits de l’homme, mais aussi de l’appréciation éthique quant aux modifications génétiques de l’être humain.
Les textes ici exposés constituent une tentative de retrouver un lien substantiel entre Etat et bien commun en proposant aux chercheurs et aux scientifiques d’assumer une responsabilité déontologique, conformément à leur mission au sein de la société.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Libéralisme philosophique et bien commun - François-Xavier PUTALLAZ 29

Extract

Libéralisme philosophique et bien commun FRANÇOIS-XAVIER PUTALLAZ 1. Introduction Le 19 janvier 2004, l’Académie catholique de Bavière organisait une discussion entre Jürgen Habermas, et le cardinal Joseph Ratzinger, por- tant sur les fondements prépolitiques, c’est-à-dire moraux, d’un Etat libéral et démocratique. On y demandait si l’Etat libéral, qui se nourrit de plusieurs présupposés normatifs, est en mesure de garantir ces fonde- ments, et par conséquent de se maintenir lui-même1: un Etat sécularisé est-il «capable de trouver en lui-même les motivations nécessaires pour que les citoyens, non seulement jouissent de leurs libertés et de leurs droits, mais qu’ils soient aussi prêts, au besoin, à des sacrifices pour les défendre et les promouvoir»2, ou au contraire l’Etat libéral doit-il faire appel à ses traditions éthiques et religieuses prépolitiques? S’expriment là le doute sur la capacité de l’Etat démocratique à renouveler par ses propres ressources les présupposés normatifs qui le soutiennent, et la présomption qu’il est renvoyé à des traditions éthiques autochtones issues de conceptions du monde ou de religions, en tout cas à des traditions éthiques qui impliquent une obligation collective.3 1 Cf. Ernst-Wolfgang Böckenförde, «Die Entstehung des Staates als Vorgang der Säkularisation», dans Recht, Staat, Freiheit, Frankfurt, 1991, p. 112. 2 Andrei Marga, «Le débat Habermas-Ratzinger – Convergences et implications», Conscience et liberté 66 (2005), p. 66. 3 Jürgen Habermas, «Pluralisme et morale», dans J...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.