Show Less

Philippe Albert Stapfer- Une biographie

A Berne de l’Ancien Régime à la Révolution helvétique (1766-1798)

Adolf Rohr

Philippe Albert Stapfer (1766-1840) fut ministre des sciences et des arts de la République Helvétique, puis il représenta la Suisse à Paris avant de former en France un cercle d’intellectuels et d’écrivains.
La biographie décrit la formation du grand savant suisse et de l’homme d’Etat de 1766 à 1798.
Issu d’une célèbre famille de pasteurs de Brugg dans la partie argovienne de l’ancienne République de Berne, Stapfer naquit et grandit dans la capitale et il fut fidèle à la tradition familiale dans le choix de sa profession. Ses études et voyages à l’étranger le préparèrent à l’ordination et le mirent en relation avec des savants de premier plan et au contact des bouleversements politiques contemporains. Jusqu’à la Révolution helvétique il a enseigné comme philologue à l’Institut politique et comme théologien à l’Académie de Berne. Le Directoire helvétique l’appela en mai 1798 au poste de ministre de la culture.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

2. Famille et parenté 19

Extract

19 2. Famille et parenté I Comme il a été dit, Philippe Albert Stapfer né en 1766 se rattache à une véritable dynastie de prêcheurs. Parmi plusieurs familles du même nom bourgeoises de Brugg en Argovie, on a pu remonter de manière certaine jusqu’à son bisaïeul.1 Cet arrière-grand-père Daniel, mort en 1708 à Kölliken, le grand-père Johann (1677-1731) et le père Daniel (1728-1807) servirent tous dans l’Eglise d’Etat de l’Ancienne Berne. Dans la génération du père de Philippe Albert cette vocation se con- firma très nettement, puisque quatre frères reçurent une formation théologique à l’Académie de Berne et que deux d’entre eux purent ex- ercer leur profession dans la capitale avec le statut d’«habitants» ou «domiciliés de tout temps».2 Dans l’Etat patricien bernois eux-mêmes et leurs descendants devaient se limiter aux professions n’ayant pas de poids politique. L’arrière-grand-père Daniel figure dans le registre ar- govien des pasteurs comme aide de classe à Brugg de 1676-1686, il eut de l’avancement dans la paroisse de Gebenstorf en 1686-1697. Il fut alors chargé de la paroisse de Kölliken jusqu’à sa mort en 1708.3 De ses six enfants, dont trois fils, l’aîné Johann (1677-1731), grand- père de Philippe Albert, fut à son tour théologien. Il ne figure toutefois 1 Ici et pour ce qui suit: Luginbühl Biogr., Addenda. p. 7 avec table généalogique. Voir aussi ch. 1 n....

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.