Show Less

Jean Luchaire et la revue «Notre Temps» (1927-1940)

Series:

Jean-René Maillot

Cet ouvrage propose une lecture approfondie de la revue Notre Temps (1927-1940) et montre quelle est sa place parmi les relèves de l’entre-deux-guerres. Il apporte un éclairage nouveau sur l’itinéraire de Jean Luchaire (1901-1946), son directeur, grâce à l’analyse de son discours public de 1913 à 1940. Celui-ci a incarné le jeune radicalisme puis l’idée européenne avant d’être fusillé à la Libération pour sa collaboration avec l’occupant.
Notre Temps désire représenter la génération marquée par la Grande Guerre. La revue promeut le « réalisme » dans les débats sur la réforme de l’Etat et défend une politique de conciliation pour garantir la paix. Partisan de l’idée européenne, Notre Temps se fait le chantre du briandisme et le promoteur du rapprochement franco-allemand avec comme partenaire majeur Otto Abetz, le futur ambassadeur du Reich à Paris après la défaite de 1940.
Mais l’unité autour des mots d’ordre permet une large variété d’opinions chez ses principaux contributeurs tels que Bertrand de Jouvenel, Louis Martin-Chauffier ou Pierre Brossolette. Ce portrait de groupe révèle alors les échelles de valeurs de chacun, prélude à leurs engagements durant le second conflit mondial.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Epilogue

Extract

Luchaire et Les Nouveaux Temps Du pacifisme germanophile à l’alignement collaborationniste Quelle place pour Jean Luchaire à l’été 1940? En quelques semaines, l’offensive allemande submerge l’armée française et le pays doit rapidement convenir d’une terrible défaite. Tandis que la France bouleversée se jette sur les routes, le cabinet Reynaud constitué le 21 mars se replie vers Bordeaux ou il est démissionnaire le 16 juin. Le jour meme, le Président de la République confie les destinées du pays au Maréchal Pétain1. Le 21, le Massilia léve l ’ancre emportant à son bord les parlementaires qui n ’entendent pas se résigner à la défaite du pays. L’armistice est signé le 22 juin. La France est partiellement occupée et coupée en deux. Laval est nommé ministre d’Etat et vice-président du Conseil le 23 juin parallèlement à la rupture des relations officielles avec le Royaume-Uni. Otto Abetz s’installe à Paris dés le 14 juin, sa première apparition officielle a lieu à Rethondes le 22 juin. Le choix de la France est en train de se cristalliser autour de la politique de collaboration, le terme «collaborer» figure dans l’article 3 de l’armistice2. Cinq semaines après ses demiers articles de propagande vantant la vic- toire finale de la France, Luchaire est à Vichy. Laval et Pétain chargent alors Femand de Brinon de rétablir le contact avec l’Allemagne. Laval confie 1 Parmi une historiographie ahondante et renouvelée sur l ’ensemble de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.