Show Less

De mémoire et d’oubli : Marguerite Duras

Series:

Edited By Christophe Meurée and Pierre Piret

« Il fallait un jour entier pour entrer dans l’actualité des faits […]. Il fallait un deuxième jour pour oublier, me sortir de l’obscurité de ces faits […]. Un troisième jour pour effacer ce qui avait été écrit, écrire. » Durant plus d’un demi-siècle, Marguerite Duras a entrelacé sa vie et son œuvre à l’Histoire, empruntant des voies qui rendaient poreux le réel et la fiction. Ce mouvement complexe ne peut se détacher, comme l’écrivain le précise elle-même, de l’articulation entre la mémoire et l’oubli. Les textes rassemblés ici partagent l’objectif de faire toute la lumière sur ces problématiques qui constituent l’un des piliers de l’œuvre durassienne, des Impudents à C’est tout.
Le présent ouvrage est issu du colloque international « Marguerite Duras : desseins de mémoire et d’oubli » qui s’est tenu à l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve, Belgique) du 2 au 4 mars 2006, à l’occasion du dixième anniversaire de la mort de l’écrivain.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PREMIERE PARTIEPOETTQUES DE LA MEMME ET DE L'OUBLI

Extract

PREMIERE PARTIE POETIQUES DE LA MEMOIRE ET DE L'OUBLI « L'oubli, c'est la vraie memoire... » Madeleine BORGOMANO Universite d'Aix-en-Provence Ce colloque doublement commemoratif par sa date et par son propos s'inscrit aussi dans l'air de notre temps. Autour des questions angoissantes de la memoire et de l'oubli, eternelles mais renouvelees par les temps modernes, « Le debat fait rage », titre Le Monde du 14 decembre 2005' : memoire et oubli, memoire et histoire, proces et pardon...2 « La France est malade de son histoire », declare Pierre Nora dans le grand entretien Le Monde 2 du 18 au 24 fevrier 2006. Ces questions, les livres et les films de Marguerite Duras en etaient dejä tourmentes. Elles n'y figuraient ni sous un angle historique — bien que l'histoire jette sur tous ces textes sa grande ombre — ni sous un angle strictement philosophique — bien qu'ils soient impregnes de philosophie. Mais les rapports entre memoire et oubli constituent un des ressorts majeurs de la fiction tant au niveau diegetique qu'au niveau de l'enonciation : « Ce que je traite », dit-elle, « c'est toujours la memoire de l'oubli » (MDM, p. 41). Comme les « voix-off » de La femme du Gange, ces voix de l'invisible deleguees ä la narration, tous les « Narrateurs » durassiens : « Oublient. Se souviennent. Deviennent. Sans repit, deviennent. » (FG, p. 105) Au commencement etait l'oubli. Non pas un oubli fige, une « glaciation » comme celle qui frappe Lol apres le bal, mais un oubli en devenir. Voir aussi Le Monde, 17 decembre 2005 : « Les historiens pris sous le feu des memoires » (p. 1) ; 16 decembre...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.