Show Less

La guerre à Gaza, de l’analyse du discours médiatique à l’analyse politologique

L’Etat et les relations internationales en question- Préface de Dario Battistella

Series:

Grégory Piet, Sophie Wintgens and David Stans

Un an après la guerre à Gaza et l’opération israélienne « Plomb durci », il convient de tirer le bilan de cet événement international largement couvert par les médias. Si ceux-ci ont donné l’occasion aux opinions publiques de se forger leur propre lecture de l’événement, la presse écrite n’a-t-elle pas plus particulièrement travaillé à une vision spécifique de la compréhension et de la mise en perspective de cette guerre ou de ce conflit ?
Cet ouvrage propose deux éclairages complémentaires de la guerre à Gaza qui, confrontés l’un à l’autre, rejoignent une question épistémologique centrale en sciences sociales. Le premier plonge ses racines dans les Media Studies en exploitant un matériau de recherche (discours non-savants) issu de quatre quotidiens francophones ( Le Figaro, Le Monde, Le Soir et La Libre Belgique). Le deuxième consiste en une analyse politologique (discours savants) de certaines notions clés qui sont riches d’enseignements. L’imprécision inhérente aux concepts de « guerre », de « communauté internationale » ou encore de « diplomatie », par exemple, sera au cœur de ce second éclairage.
Dépassant la seule comparaison entre les discours non-savants et savants, cet ouvrage livre in fine une vision originale de l’implication des relations internationales et de l’Etat dans la résolution d’un conflit.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE II Quelle géopolitique pour le Moyen-Orient ? 171

Extract

171 CHAPITRE II Quelle géopolitique pour le MoyenOrient ? « La géopolitique s’interroge sur les rapports entre l’espace (dans tous les sens du mot) et la politique : en quoi les données spatiales affectent-elles le ou la politique ? Pourquoi et comment le politique se sert de l’espace ? »1. En ces quelques lignes, Philippe Moreau Defarges définit la géopolitique2 de manière aussi concise que possible, en dépit de sa complexité. Cette discipline enjoint tout d’abord de se référer à un territoire, avant d’introduire une approche géohistorique de l’objet étudié et, enfin, d’analyser les transformations territoriales et les interac- tions entre les acteurs politiques et la géographie étudiée – le Moyen- Orient pour ce qui nous occupe. Sans oublier que son étude première est la politique au regard de la géographie, et non l’inverse, comme le définit Ladis Kristof : « geopolitics is what the word itself suggests etymologically : geographical politics, that is, politics and not geogra- phy – politics geographically interpreted or analyzed for its geographical content »3. Afin de structurer l’analyse géopolitique du Moyen-Orient à l’issue de la guerre à Gaza, en intégrant le fait que cette dernière modifie des situations géopolitiques locales, régionales et internationales ou, à tout le moins, illustre des transformations déjà effectives, la méthodologie choisie consiste à approcher ces mutations éventuelles par cercles concentriques au départ de l’épicentre Israël-Palestine – et plus particu- lièrement, la recomposition géopolitique des relations israéliennes. À cet...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.