Show Less

La République démocratique allemande

La vitrine du socialisme et l’envers du miroir (1949-1989-2009)

Edited By Chantal Metzger

L’année 2009 a été marquée par la commémoration, le 9 novembre, du vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin. Le quarantième anniversaire de la création de la République démocratique allemande, le 7 octobre, a été pratiquement occulté ! Or l’existence de la RDA s’inscrit entre ces deux dates.
Grâce à l’ouverture des archives est-allemandes mais aussi soviétiques, la RDA est devenue un véritable laboratoire d’histoire, à la fois objet et terrain de recherches pour des historiens allemands et étrangers. En France, les images de cette « autre Allemagne » étaient parvenues jusque-là à travers un miroir déformant. Lieu de stéréotypes et mal connue, la RDA a été longtemps considérée comme la vitrine du socialisme. L’ouverture du mur a permis de voir l’autre côté du miroir !
À la lumière des sources nouvellement accessibles, les intervenants du Colloque international des Sciences historiques qui s’est tenu à Nancy du 14 au 16 mai 2009 ont revisité l’histoire de la RDA. Venus d’Allemagne, des États-Unis et de toute la France, ils ont apporté des éléments nouveaux sur la vie quotidienne de cet État (aux niveaux politique, social, culturel et économique) et sur les relations qu’il entretenait avec le monde non communiste et tout particulièrement avec le Tiers-monde. Historiens, germanistes et sociologues présents ont aussi constaté que l’image de la RDA se brouille au sein de la société civile allemande : au « tout n’était pas si mauvais en RDA » des années 1990 a succédé « qu’est-ce qui était mauvais en RDA ? » Alors qu’un néologisme a été créé, l’« ostalgie », pour exprimer cette nostalgie du temps des pays de l’Est, la RDA devient progressivement un lieu de mémoire de l’histoire allemande.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PREMIÈRE PARTIE. LA VIE QUOTIDIENNE EN ZONE D’OCCUPATION SOVIÉTIQUE ET EN RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE ALLEMANDE

Extract

PREMIÈRE PARTIE LA VIE QUOTIDIENNE EN ZONE D’OCCUPATION SOVIÉTIQUE ET EN RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE ALLEMANDE 29 La dénazification en Allemagne de l’Est Structures du débat et limites de l’épuration Marcel BOLDORF Universität Bochum Cette communication est consacrée au problème de l’épuration dans l’Est de l’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. Une nouvelle approche a été privilégiée, le sujet ayant jusqu’à présent été plutôt négligé dans la littérature : il s’agit de lier la question de la dénazifica- tion dans la zone d’occupation soviétique (ZOS) à l’établissement progressif d’un système de contrôle et de surveillance touchant à la fois l’appareil de l’État et la société est-allemande. On distingue cinq étapes principales dans cette épuration. Ces phases ne doivent pas être comprises d’une manière trop stricte. On ne peut pas fixer la date précise à laquelle un mode de dénazification succède à l’autre. Par contre, il faut remarquer que les transitions sont fluides. Les priorités de la poursuite justifient ces étapes, nous chercherons à analy- ser les causes de cette chasse aux nazis et afin d’en comprendre le fonctionnement, nous examinerons quelle image de coupable a dominé. Nous nous intéresserons, ensuite, aux acteurs de la dénazification. Les citoyens allemands n’ont pas été les uniques acteurs de l’épuration, des organismes dépendant des forces d’occupation, l’armée rouge soviétique, souvent oubliés y ont participé. Dans...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.