Show Less

L’Invention de soi

Rilke, Kafka, Pessoa- Avec une préface de Robert Bréchon

Series:

Béatrice Jongy

Dans une Europe en crise, à la même période, au même âge, Rilke écrit Les Carnets de Malte Laurids Brigge, Kafka son Journal et Pessoa Le Livre de l’intranquillité. C’est un « je » personnage, plus ou moins fictif, qui tient son journal, qu’il s’appelle Malte, Soares ou simplement Franz. Pour qui habite mélancoliquement le monde, l’écriture de soi est bien plus qu’un instrument de connaissance, c’est une tentative de renaissance, d’autogenèse. Naître littérature, puisque la littérature est Tout…
La fiction de soi mène ces grands découvreurs des espaces intérieurs à travers les limbes, où la mélancolie côtoie la mort et la folie. Leurs livres rendent les mouvements mêmes de l’âme et inventent un nouveau lyrisme. Inquiéteur du genre humain, l’Orphée moderne est animé d’une conscience à la fois tragique et ironique. Ivres de leurs métamorphoses, créateurs de mythes, Rilke, Kafka et Pessoa pressentent qu’ils seront des précurseurs. Car si le diable est l’inventeur de l’absurde, il est aussi, tel le poète, le porteur de lumière…
Cette étude, pour la première fois, fait se croiser les feux de ces trois « phares inutiles dans l’Océan désert », selon le mot de Robert Bréchon, poète et éminent spécialiste de Pessoa dont il a édité les œuvres. Lue à la lumière des deux autres, chacune des œuvres jette des reflets inattendus, où miroitent les fondements même de l’écriture contemporaine de soi.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Remerciements 9

Extract

9 Remerciements Je remercie Gerald Stieg d’avoir été un directeur de recherche pas- sionné et attentif. Je tiens également à remercier Teresa Rita Lopes et toute son équipe de chercheurs, ainsi que Richard Zenith et Teresa Sobral Cunha, de la Bibliothèque nationale du Portugal, de leur accueil à Lisbonne, Wendelin Schmidt-Dengler et Norbert Bachleitner de leur accueil à Vienne, Les bibliothécaires de la fondation Gulbenkian à Paris, Michel Chandeigne et Patrick Quillier. Je souhaite remercier Alain Montandon et Jacques Lajarrige de l’intérêt qu’ils ont témoigné à cette étude, David Martens, relai bienveillant de cette publication, Les centres de recherche CPTC (Didier Souiller) de l’Université de Bourgogne et CELIS (Pascale Auraix-Jonchières) de l’Université Clermont-Ferrand II, de leur contribution, Je remercie Geoffroy de son soutien indéfectible, mes parents, Yolaine Parisot, Alison Boulanger, Edwige Brender, Cécile Cerf, Geneviève et Jacques Ducher, Stéphane Gödicke, Kerstin Hausbei, João Heitor, Gaëlle Vassogne, Karine Winkelvoss, de leur aide précieuse, Et bien sûr je remercie très chaleureusement Emilie Menz, éditrice passionnée, Ryan Johnson, qui a généreusement offert le concours de son talent pour illustrer cet ouvrage, et Robert Bréchon, dont les écrits m’ont ouvert le chemin vers Pessoa, et qui me fait aujourd’hui l’honneur de sa collaboration.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.