Show Less

Les déterminants de la paix et de la guerre au Congo-Zaïre

Series:

Nissé Nzereka Mugendi

La guerre et la paix sont souvent attribuées à plusieurs causes qui, prises séparément, ne peuvent expliquer la complexité de certaines situations. Ainsi des turbulences que connaît depuis 1996 le Congo-Zaïre.
Cet ouvrage propose une étude qualitative des déterminants communs à la paix et à la guerre à partir du concept inclusif de « potentiel de paix », défini comme inversement proportionnel au risque, pour un État, de connaître la guerre.
L’état de la paix serait fonction de la configuration de deux variables : l’intégration (spatiale, socioculturelle et modernisante) et la viabilité (intrinsèque, intérieure et extérieure) de l’État (ou système politique) concerné par la guerre. La tridimensionnalité de chacune de ces variables permet de rassembler en un modèle théorique en forme de pyramide l’ensemble des explications nécessaires, quoique partielles, à la situation qui prévaut au Congo-Zaïre.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

TROISIÈME PARTIE. LA FAIBLE VIABILITÉ DE L’ÉTAT CONGOLAIS :OPPORTUNITÉS DE GUERRE ET PAIX EN PÉRIL

Extract

TROISIÈME PARTIE LA FAIBLE VIABILITÉ DE L’ÉTAT CONGOLAIS : OPPORTUNITÉS DE GUERRE ET PAIX EN PÉRIL 225 Introduction à la troisième partie Le premier déterminant de la paix et de la guerre, en l’occurrence l’intégration de l’État dans les trois dimensions de son environnement, a permis de capitaliser les rôles qu’y jouent les rapports de l’État avec son espace physique, avec le profil de son groupement humain ainsi qu’avec les évolutions diverses (internes ou externes) qui affectent continuelle- ment son terrain d’action. Si l’analyse qui a été consacrée à cette première variable peut apparaître, à maints égards, comme une excuse pour l’État congolais et pour la société congolaise en général, dans leur longue quête d’appropriation réciproque et de stabilité, le second déterminant de la paix et de la guerre engage, quant à lui, directement la responsabilité de l’État à travers sa viabilité face au défi du bonheur collectif à construire. La viabilité de l’État suppose l’évaluation de son fonctionnement et/ou de ses résultats. Les résultats comptent encore plus que le fonc- tionnement. Non seulement parce que la question de l’intégration de l’État a des conséquences certaines sur son fonctionnement et qu’il serait trop facile de procéder ainsi, mais surtout parce que, en l’absence de modèle type de fonctionnement d’un État, pareille approche est de nature à déboucher sur des débats stériles par rapport à l’objectif...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.