Show Less

L’agriculture bio en devenir

Le cas alsacien

Series:

Edited By Denise Van Dam, Michel Streith and Jean Nizet

L’Alsace devient progressivement une région de pointe en matière d’agriculture biologique et pourrait être considérée comme une référence pour d’autres régions. Cet ouvrage analyse, à partir de points de vue divers, les conditions et les processus qui favorisent le développement du bio.
S’appuyant sur une soixantaine d’interviews et de nombreux documents, les auteurs répondent à diverses questions : dans quelle mesure le bio répond-il à une nouvelle demande sociale ? Quel rôle jouent les émotions dans la mobilisation des acteurs ? Comment les collectifs contribuent-ils à la construction des savoirs ?
Certaines contributions se penchent sur des dynamiques singulières, telle la place d’une coopérative laitière, ou celle d’une association de viticulteurs, ou encore la façon dont deux manifestations promotionnelles reflètent des sensibilités différentes. D’autres textes mettent en avant les disparités suivant les secteurs, les territoires et l’implication des individus, des associations ou des institutions.
Au-delà de ces thèmes, la question des tensions entre modernité et tradition, entre individu et institution, entre mouvement social et institutionnalisation court tel un fil rouge dans les différents chapitres et montre la complexité du champ de l’agriculture biologique.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

DEUXIÈME PARTIE. SENS ET ÉMOTIONS

Extract

  DEUXIÈME PARTIE SENS ET ÉMOTIONS 41  CHAPITRE 3 Les émotions dans l’action sociale et dans l’exercice du métier Denise VAN DAM Chargée de cours aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur L’agriculture bio est une affaire d’émotions. Étonnant ? Oui, si on la considère comme une modalité de production agricole parmi d’autres. Non, si on la découvre comme une profession positivement choisie et comme un acte de résistance contre l’agriculture dominante. C’est du rôle des émotions, dans cette double identité de l’agriculture bio – professionnelle et sociétale – que cette contribution va traiter. À la suite des travaux de Gendron et Turcotte (2006) et de Gendron, Vaillancourt, Audet (2010), nous considérons l’agriculture biologique comme un « nouveau mouvement social économique » (NMSE). En effet, depuis ses origines, l’agriculture bio comporte deux volets : elle se profile à la fois comme un mouvement social et comme une méthode alternative de production agricole. Ainsi, elle plonge ses racines dans deux secteurs de la société : celui de la contestation (volet social) et celui de la production (volet économique). Ce chapitre s’articule autour de deux questions centrales. La pre- mière concerne la « culture émotionnelle » des agriculteurs bios alsa- ciens : quelles émotions les agriculteurs bios ressentent-ils, et avec quelle intensité, tant dans leurs actes de contestation (volet social) que dans leur activité professionnelle (volet économique) ? La seconde a trait aux rapports entre les deux volets du mouvement : dans quelle mesure les émotions ressenties de part et d’autre convergent-elles...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.