Show Less

Absence, enquête et quête dans le roman francophone

Edited By Alice Delphine Tang and Patricia Bissa Enama

La thématique du crime, de l’enquête ou du suspect, en termes de vraies et de fausses pistes, suffit-elle encore pour faire avancer la recherche sur les frontières entre le roman policier et les autres formes du récit ? Cette question est au centre des réflexions de ce livre.
Cet ouvrage explore les zones opaques de l’écriture romanesque et ses voiles identitaires et imaginaires. Il aide à mieux décrire la production de sens dans le roman par le biais des modèles issus de la linguistique, de la pragmatique, de la sémiologie, de la poétique et de la narratologie, qui ouvrent plusieurs perspectives sur l’aspect mystérieux du récit romanesque dont l’œil narratif accompagne le silence des personnages et engage le lecteur dans une vaste entreprise d’élucidation.
Il exploite les ressorts épistémologiques et esthétiques d’un type de narration fondée sur le manque et l’inadaptation.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

L’identité est entre les espaces vides. L’enquête romanesque de la « Renaissance Cadienne » Cécilia CAMOIN 71

Extract

71 L’identité est entre les espaces vides L’enquête romanesque de la « Renaissance Cadienne » Cécilia CAMOIN Université Paris-IV (Sorbonne) L’histoire de la « Renaissance Cadienne » est intimement liée à la politique d’assimilation états-unienne. La loi de 1921 interdit l’usage du français dans les écoles et les administrations louisianaises, de tradition francophone. Luttant contre cette aliénation, les Francophones louisia- nais font pression sur le gouvernement pour finalement faire voter la Convention de 1968, déclarant officiellement la Louisiane, État bilingue (francophone et anglophone). Pour les descendants des Acadiens dépor- tés de Nouvelle-France en 1755, s’annonce la naissance à la littérature écrite en franco-cadien. Elle porte le nom de « Renaissance Cadienne », et voit le jour à partir des années 1970. Dès leurs premières œuvres, les écrivains de la « Renaissance Cadienne » font état du malaise linguis- tique engendré par des décennies d’assimilation anglophone. En réponse à ce que le poète cadien, Jean Arceneaux, nomme « Schizophrénie linguistique » (Arceneaux, 1980 : 16-17), les auteurs composent dans les années 1990 des romans et des nouvelles visant à rechercher puis à rassembler les fragments identitaires collectifs disséminés par l’aliéna- tion linguistique. À propos d’Œdipe, Ricœur décrivait en ces termes la catharsis nouvelle : « C’est la tragédie de la vérité, donc à la fois la rétrospection vers l’origine, mais aussi la marche en avant vers l’éclair- cissement, vers la catharsis, l’illumination (je pense d’ailleurs qu’il faut traduire catharsis par éclaircissement, autant que par purification...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.