Show Less

Esquisses d’une Europe nouvelle

L’européisme dans la Belgique de l’entre-deux-guerres (1919-1939)

Series:

Geneviève Duchenne

Alors que ce n’est qu’à partir des années 1950 que le projet européen se traduit dans les institutions et dans les politiques, l’idée européenne, suscite déjà, et ce, dès l’entre-deux-guerres, de multiples initiatives.
Cet ouvrage issu d’une thèse de doctorat, souhaite apporter une contribution originale à la connaissance des courants européistes qui fleurirent dans la Belgique des années 1920 et 1930.
Fondé sur l’exploitation de sources multiples et inédites, il révèle la richesse insoupçonnée des projets et des mouvements engendrés dans le contexte de l’Europe de Versailles. Invitant à découvrir l’Europe telle que la conçurent la génération de la guerre et celle de la crise à travers leurs cadres mentaux, chronologiques et géographiques, cette étude met en lumière le rôle des cercles, des milieux ainsi que des moments-clés.
Elle place enfin l’accent sur les lieux qui de Genève à Vienne et Paris, puis de Bruxelles à Berlin, incarnent l’européisme de l’époque.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction 15

Extract

Introduction En février 2006, la Belgique terminait le processus de ratification du traité constitutionnel, improprement baptisé « Constitution européenne », et ce, malgré l’échec des référendums français et néerlandais1. À la même époque, le Premier ministre belge publiait, d’abord en néerlandais, puis en français, un livre-manifeste, sous le titre Les États-Unis d’Europe2. Il sollicitait également les réactions de ses collègues du Conseil européen à propos des idées qu’il formulait en vue de contribuer à la relance d’un processus d’intégration européenne confronté à un état de crise manifeste. En ce sens, Guy Verhofstadt s’inscrit dans une lignée d’hommes poli- tiques belges – parmi lesquels Paul-Henri Spaak, Paul van Zeeland, Jean Rey, Léo Tindemans, Henri Simonet, Jean-Luc Dehaene – qui, depuis les années 1950, ont travaillé à l’édification de l’Europe communautaire. Si, au fil des ans, la Belgique a acquis la réputation d’être l’un des « bons élèves de l’Europe », son rôle, dans la construction de celle-ci, remonte bien avant cette période récente où l’Europe est devenue une réalité institutionnelle. « Terre d’entre-deux », « carrefour de l’Europe », « milieu de l’Occi- dent », « la Belgique », écrit Michel Dumoulin, « a entretenu un rapport fort à l’Europe pour la bonne et simple raison que, depuis son indépen- dance, elle a dû y faire sa place »3. Dans un article pionnier, intitulé « Les ‘Europe’ de quelques Belges au XXe siècle »4, le même auteur dévoilait 1 Le projet de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.