Show Less

John Law

Économiste et homme d’État

Series:

Antoin E. Murphy

Antoin E. Murphy nous livre ici la biographie intellectuelle d’une des personnalités les plus fascinantes de l’Europe de l’Ancien Régime, John Law (1671-1729). John Law chercha fortune à Londres, dont il s’enfuit en 1695. On le retrouve ensuite aux plus belles tables de jeu de l’Europe. Tout autre que lui se serait satisfait de cette vie de luxe et d’oisiveté, mais John Law avait une vision. Il croyait que l’économie basée sur les pièces d’or et d’argent allait irrémédiablement s’effacer devant un monde nouveau où les billets émis par les banques et les papiers de crédit seraient désormais la seule monnaie en circulation.
Cette vision, il voulut tout d’abord la partager avec le parlement écossais, sans succès. Il la proposa ensuite au duc de Savoie, puis une première fois au roi de France, en vain. La mort de ce dernier, en 1715, et la situation financière exécrable dans laquelle il laissait la France allait toutefois offrir à Law une nouvelle opportunité. Avec l’amitié et la confiance de Philippe d’Orléans, le Régent, John Law bâtit son système qui allait révolutionner son époque en créant une nouvelle monnaie et en provoquant le premier boom et krach boursiers en Europe.
En resituant l’homme dans le contexte de son époque, en expliquant ses théories économiques au regard de celles de notre temps, Antoin E. Murphy nous invite à redécouvrir cet auteur essentiel pour comprendre l’origine et les risques des instruments financiers modernes.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE XI - La fondation de la Banque générale 205

Extract

CHAPITRE XI La fondation de la Banque g&i&ale Pour une fois, les circonstances furent favorables ä Law lors de la cration de la Banque g&n&ale en mai 1716. En mars, la Chambre de Justice avait ete instaur& et, bien que la plupart des financiers d'enver- gure et leurs commanditaires lui echapperaient finalement, elle cra une inquktude suffisante pour qu'ils se fissent, dans les premiers temps, trs discrets. Paralklement ä cet episode, la ckvaluation de la monnaie fran- 9aise en d&embre 1715 aggrava la p&lurie d'esp&es. Dans ces condi- tions, la banque de Law ne rencontra pas de reelle opposition. De plus, et cela est peut-&re encore plus important, le R4ent &ait dsormais convaincu que ce type de banque reprsentait la seule solution viable pour venir ä bout de la p&lurie de monnaie. Avant d'&udier le ckveloppement de la Banque gh&ale dans les dix- huit mois qui suivirent, il est important d'en mesurer l'efficacik op&a- tionnelle. A lire Law, Du Tot et l'auteur anonyme de l'« Histoire des finances », la banque connut un veritable triomphe. Selon eux, elle par- vint notamment ä augmenter la masse mon&aire, diminuer le taux d'inkr&, ameliorer le taux de change de la France avec les autres pays. Enfin, elle contribua ä ressusciter un commerce moribond. Ces assertions doivent &re scrupuleusement v&ifkes car le bilan dresse par les contem- porains de Law visait ä promouvoir la banque auprs du public et, plus particulkrement, ä pousser le R4ent ä transformer cet etablissement...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.