Show Less

Le fédéralisme multinational

Un modèle viable ?

Series:

Edited By Michel Seymour and Guy Laforest

Le fédéralisme multinational est-il un modèle d’organisation politique viable ? La disparition de certaines fédérations multinationales comme l’URSS, la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie, de même que la mise à mal de certaines autres expériences fédérales comme la Belgique et le Canada contrastent singulièrement avec le succès relatif des fédérations mononationales comme les États-Unis et l’Allemagne. Dès lors, l’expérience européenne est-elle prometteuse ?
Au-delà d’un examen général de la question de l’aménagement de la diversité nationale au sein des régimes fédératifs, cet ouvrage se penche plus particulièrement sur les problèmes juridiques et politiques épineux auxquels sont confrontés certains pays comme le Canada, la Belgique et l’Espagne.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

TROISIÈME PARTIE - PERSPECTIVES POLITIQUES

Extract

TROISIÈME PARTIE PERSPECTIVES POLITIQUES 229 Fédéralisme et multinationalisme Charles BLATTBERG Université de Montréal (Québec, Canada) Même ceux qui acceptent l’idée qu’un pays peut servir de foyer à plus d’une nation se laissent souvent séduire par le vénérable modèle d’État-nation prescrivant ce qu’un pays est ou devrait être. Pensons à ce qui est pratiquement devenu un axiome parmi les chercheurs qui s’intéressent aux nations et au nationalisme, à savoir que l’importance qu’accordent les nationalistes à l’autodétermination mène invariable- ment à un désir d’accéder à la souveraineté et de maîtriser complètement les leviers d’un État. Lorsqu’il s’applique à des fédérations multinatio- nales, l’axiome va dans le sens de la supposition suivant laquelle les membres des nations minoritaires seront à tout le moins en faveur d’une décentralisation. Voici, par exemple, ce qu’en dit Will Kymlicka : En règle générale, nous pouvons nous attendre à ce que les groupes nationa- listes cherchent à obtenir de plus en plus de pouvoirs […] Il ne semble y avoir aucune limite naturelle aux exigences [des nationalistes minoritaires] visant à obtenir une plus grande autonomie gouvernementale. Si une auto- nomie limitée est accordée, cela peut simplement avoir pour effet d’alimen- ter les ambitions des dirigeants nationalistes, qui ne seront pas satisfaits tant qu’ils n’obtiendront pas leur propre État-nation. Toute restriction en matière d’autonomie gouvernementale – tout ce qui n’est pas un État indépendant – nécessitera une justification1. À propos des membres (de ce que...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.