Show Less

Dépasser le cadre national des « Lieux de mémoire » / Nationale Erinnerungsorte hinterfragt

Innovations méthodologiques, approches comparatives, lectures transnationales / Methodologische Innovationen, vergleichende Annäherungen, transnationale Lektüren

Series:

Edited By Benoît Majerus, Sonja Kmec, Michel Margue and Pit Péporté

Les « lieux de mémoire » lancés par Pierre Nora dans les années 1980 ont connu un grand succès dans différentes historiographies européennes. Le présent ouvrage veut faire sortir ce concept du cadre national dans lequel il reste encore trop souvent enfermé.
Ce désenclavement passe par une ouverture méthodologique aux autres disciplines qui réfléchissent sur le couple identité/mémoire, ainsi que par une analyse historiographique de son utilisation et enfin par une inscription dans une réflexion transnationale.
Comment les « lieux de mémoire » s’inscrivent-ils dans le champ plus large des memory studies ? Comment le concept a-t-il « migré » de la France vers l’Allemagne, les Pays-Bas ou la Suisse ? La polysémie du mot explique-t-elle son succès ? Voici quelques-unes des questions auxquelles une vingtaine d’auteurs essaient de donner une réponse.
Der von Pierre Nora in den 1980er Jahren popularisierte Begriff der lieux de mémoire (Erinnerungsorte) hat in der Historiographie vieler Länder Europas große Resonanz gefunden. Der vorliegende Band hat vor, den nationalen Rahmen, in dem dieser Begriff noch zu oft benutzt wird, zu überwinden.
Diese Annäherung setzt eine methodologische Eröffnung voraus. Dabei werden die anderen Disziplinen, die sich mit dem Begriffspaar Identität/Gedächtnis auseinander setzen, berücksichtigt. Die historiographische Analyse des Begriffes und eine resolute transnationale Verortung tragen dazu bei die Debatte zu erweitern.
Wie integrieren sich die «Erinnerungsorte» im weiteren Feld der memory studies? Wie ist der Begriff von Frankreich nach Deutschland, in die Niederlande oder in die Schweiz «migriert»? Bildet die Mehrdeutigkeit des Wortes einen Schlüssel für seinen Erfolg? Solche Fragen versuchen die ca. 20 Verfasser dieses Sammelbandes zu beantworten.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PREMIÈRE PARTIE / 1. TEIL

Extract

PREMIÈRE PARTIE 1. TEIL 25 Méthodologie et interdisciplinarité Sonja KMEC et Benoît MAJERUS La mémoire est sans aucun doute un des phénomènes les plus com- plexes dont s’occupent les sciences aujourd’hui. C’est également un sujet dont les significations changent considérablement d’un contexte scientifique à un autre. Un neurologue mobilise d’autres ressources qu’un psychologue pour appréhender la problématique, un littéraire abordera le sujet d’une manière différente qu’un anthropologue et il est fort probable que les références utilisées par un sociologue et par un philosophe ne vont pas trop se recouper. À ce cloisonnement discipli- naire s’ajoute des frontières linguistiques. Ainsi les travaux du couple Assmann, dont l’une est angliciste (Aleida) et l’autre égyptologue (Jan), sont en train de s’imposer dans toutes les branches des sciences humai- nes, comme un référent commun dans les pays de langue allemande, leur réception dans les espaces anglophones et francophones n’a encore guère commencé1. Ces barrières linguistiques sont un premier enjeu considérable qui est facile à illustrer par les différences sémantiques et les difficultés de traduction du mot mémoire dans les espaces anglophones, francophones et germanophones pour se limiter aux trois langues employées par les auteurs. En anglais « memory », dérivé du latin « memoria », désigne à la fois la capacité ou l’action de se souvenir ainsi que ce dont on se souvient2. Cette signification triple vaut également pour le terme fran-...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.