Show Less

Les institutions européennes font leur histoire

Regards croisés soixante ans après le traité de Paris

Edited By Michel Mangenot and Sylvain Schirmann

Quelles sont les raisons qui poussent les institutions européennes à faire écrire leur histoire ? Cet ouvrage rassemble pour la première fois tous les auteurs de ces histoires institutionnelles ainsi que leurs commanditaires. Prenant pour objet les enjeux de mémoire au sein des institutions européennes, il met au centre de l’analyse la pratique encore peu interrogée de l’autohistoire ou de la rétrospection institutionnelle. Au-delà du débat sur une forme d’historiographie officielle, les contributions entendent comprendre, dans une perspective comparative avec d’autres champs historiques, ce que signifie écrire l’histoire d’institutions pour elles-mêmes. En revenant sur les conditions méthodologiques de réalisation et, en particulier, sur le dialogue entre archives orales et écrites, elles révèlent une pluralité de pratiques et de rapports à l’histoire. Cette situation apparaît ainsi singulière si on la compare à l’histoire de l’État en France.
Issu de la journée d’études du Pôle européen d’administration publique (PEAP) de Strasbourg, tenue le 18 avril 2011 à l’occasion du 60 e anniversaire du traité de Paris (18 avril 1951), cet ouvrage propose, enfin, de faire dialoguer histoire et prospective, en s’interrogeant sur l’avenir des institutions européennes et sur la postérité du traité les fondant.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

ÉPILOGUE. QUEL AVENIR POUR DES INSTITUTIONS SOIXANTENAIRES ?

Extract

ÉPILOGUE QUEL AVENIR POUR DES INSTITUTIONS SOIXANTENAIRES ? 219 CHAPITRE 12 Quelles institutions européennes en 2021 ? François-Gilles LE THEULE Ce chapitre a pour intention de proposer un point de vue opérationnel au sein de cet ouvrage. L’intention pourrait paraître paradoxale. Les sujets traités au fil de cet ouvrage portent sur l’histoire des institutions, ses méthodes, sa diversité, ses objectifs. Quel lien avec la situation institutionnelle de l’Union européenne en 2021 ? Il est vrai que tout un débat existe sur la place de la culture générale, et de la connaissance historique en particulier, comme connaissance nécessaire à l’action administrative. Poursuivant l’inventaire critique, il faut constater que, dans bien des milieux, les aspects historiques ne font pas partie des connaissances clefs exigées des acteurs. Elles sont considérées comme source de discrimination notamment au regard des exigences de la diversité sociale. Les aspects historiques, pour certains, ne peuvent pas, ni ne doivent, servir à éclairer l’avenir. D’ailleurs celui-ci n’aurait pas à être prévu parce qu’il ne pourrait pas l’être. Quant à la légitimité pros- pectiviste, elle serait contestable, car d’essence technocratique et que le politique devrait la dominer. Ce débat sur le lien entre histoire et prévision est loin d’être théo- rique. Il comporte des conséquences managériales concrètes. Ainsi, en matière de gestion des ressources humaines, la connaissance historique des institutions européennes ne fait plus partie des qualifications requises pour accéder...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.