Show Less

Les institutions européennes font leur histoire

Regards croisés soixante ans après le traité de Paris

Edited By Michel Mangenot and Sylvain Schirmann

Quelles sont les raisons qui poussent les institutions européennes à faire écrire leur histoire ? Cet ouvrage rassemble pour la première fois tous les auteurs de ces histoires institutionnelles ainsi que leurs commanditaires. Prenant pour objet les enjeux de mémoire au sein des institutions européennes, il met au centre de l’analyse la pratique encore peu interrogée de l’autohistoire ou de la rétrospection institutionnelle. Au-delà du débat sur une forme d’historiographie officielle, les contributions entendent comprendre, dans une perspective comparative avec d’autres champs historiques, ce que signifie écrire l’histoire d’institutions pour elles-mêmes. En revenant sur les conditions méthodologiques de réalisation et, en particulier, sur le dialogue entre archives orales et écrites, elles révèlent une pluralité de pratiques et de rapports à l’histoire. Cette situation apparaît ainsi singulière si on la compare à l’histoire de l’État en France.
Issu de la journée d’études du Pôle européen d’administration publique (PEAP) de Strasbourg, tenue le 18 avril 2011 à l’occasion du 60 e anniversaire du traité de Paris (18 avril 1951), cet ouvrage propose, enfin, de faire dialoguer histoire et prospective, en s’interrogeant sur l’avenir des institutions européennes et sur la postérité du traité les fondant.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Notices biographiques

Extract

Michel Mangenot, maître de conférences de science politique à l’Université de Strasbourg (Groupe de sociologie politique européenne), chargé de mission de la présidence de l’Université pour le Pôle européen d’administration publique (PEAP). Sylvain Schirmann, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg (FARE), Chaire Jean Monnet, directeur de l’Institut d’études politiques de Strasbourg. Marie-Thérèse Bitsch, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Strasbourg, Chaire Jean Monnet ad personam, membre de 2000 à 2009 du Groupe de liaison des professeurs d’histoire contem- poraine auprès de la Commission européenne. Gérard Bossuat, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Cergy-Pontoise, Chaire Jean Monnet ad personam, CICC (Cergy-Pontoise) et UMR IRICE (Paris-1, Paris 4, CNRS), membre depuis 2000 du Groupe de liaison des professeurs d’histoire contemporaine auprès de la Commission européenne. Éric Bussière, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris IV, Chaire Jean Monnet. Joceline Collonval, archiviste, Service des archives historiques de la Commission européenne. Cesira D’Aniello, directeur de la direction Transparence, Direction générale F, secrétariat général du Conseil de l’Union européenne. Florence Descamps, maître de conférences en histoire à l’École pratique des hautes études (« Archives orales et histoire des organisa- tions »), ancien secrétaire scientifique du Comité pour l’histoire écono- mique et financière de la France (1987 à 1994). Catherine Sophie Dimitroulias, politologue-juriste, rattachée au Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et organisations sociales (LAIOS/CNRS), Vice-présidente de la Conférence des Organisations internationales non-gouvernementales, 4e...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.