Show Less

Aux origines de la diplomatie européenne

Les Neuf et la Coopération politique européenne de 1973 à 1980

Series:

Maria Gainar

Ce livre a obtenu le prix Pierre Pflimlin 2013, remis au Parlement européen le 22 mai 2013.

La mise en place de la Coopération politique européenne (CPE) dans les années 1970 est, dans le processus de la construction de l’Europe, une étape particulièrement importante vers l’union politique, considérée depuis toujours comme l’objectif final de l’intégration européenne.
La CPE se fonde pendant cette période sur les deux rapports Davignon, adoptés en 1970 et en 1973. Concernant le domaine souverain de la politique étrangère et s’appuyant sur un mécanisme intergouvernemental, la CPE se fait donc avec les États membres mais en dehors du cadre communautaire. L’évolution de la CPE entre 1973 et 1980 est fortement marquée au départ par les différences qui existent en matière de politique étrangère entre les Neuf. Les cadres dans lesquels la CPE se met en place exerce également une influence importante sur celle-ci, notamment le processus encore récent de la construction européenne et l’échiquier international dominé par les États-Unis et l’Union soviétique. C’est à partir de ces éléments que la CPE est analysée au temps des Neuf au niveau de son fonctionnement et de sa capacité à faire entendre la voix de l’Europe dans le monde sur différentes questions internationales : CSCE, Proche-Orient, dialogue euro-arabe, Chypre, Afrique du Sud, Iran, Afghanistan.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Remerciements

Extract

Le présent travail n’aurait pas pu voir le jour sans le soutien constant de Madame le professeur Marie-Thérèse Bitsch. Toujours à mon écoute, elle a guidé mes pas tout au long de cette recherche à travers ses pré- cieux conseils. Son accompagnement, sa confiance et son exigence m’ont permis de tirer tous les bénéfices de ce travail et de sortir enrichie de cette expérience. Ma gratitude pour ses encouragements et pour son soutien sera toujours dans mon cœur. Ma reconnaissance va également à Birte Wassenberg et à Martial Libera qui m’ont associée à leurs projets et m’ont permis de présenter les premiers résultats de ma recherche. Cet ouvrage doit, par ailleurs, beaucoup aux témoignages des Mes- sieurs Philippe de Schoutheete, Étienne Davignon, Gabriel Robin et Jacques Andréani. Je les remercie pour le temps accordé et pour leur autorisation de faire usage de leurs propos dans le cadre de cette recherche. Ma reconnaissance va également aux archivistes et aux conservateurs qui m’ont orientée au cours de mon travail dans les différents fonds à Florence, à Paris et à Luxembourg. Mes remercie- ments s’adressent tout spécialement à Jean-Marie Palayret, directeur des Archives historiques de l’Union européenne, au collectif des archives et à l’institution même, pour m’avoir accordé la bourse Sorensen qui a facilité mon séjour à Florence. Ma gratitude s’adresse également à Alexandre Cojannot, conservateur du fonds Europe aux archives du ministère français des Affaires étrangères, mais aussi à Margaret Schelling, responsable d’exploitation...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.